L’éclat de l’or, Tristan Malavoy

Poète et romancier, Tristan Malavoy fréquente la musique depuis une quinzaine d’années — le mini-album L’éclat de l’or paraît trois ans après son quatrième disque, L’école des vertiges, le plus « musical » de la discographie de celui qui récitait davantage qu’il ne chantait. Les cinq nouvelles compositions suivent cette même voie, mais l’articulation posée du poète nous rappelle à chaque rime que la chanson pour lui est avant tout un objet littéraire, où la belle strophe est star — à cet effet, la réalisation toute en sobriété d’Alexis Martin sert parfaitement la proposition. L’étoile polaire (en duo avec Ingrid St-Pierre), Laisse-moi rire et la chanson titre sont aussi intelligentes que touchantes. Moins réussies sont Le lac aux Castors et Peinture à numéros : la rythmique et les orchestrations suggèrent une forme de groove que ne possède pas l’interprète, sa prosodie manquant nettement de flexibilité et de dynamisme.

 

L’éclat de l’or

★★★
Chanson

Tristan Malavoy, Audiogram

À voir en vidéo