Ludwig van Beethoven, Martin Helmchen

Ce disque fait suite à la parution (Alpha 555) des Concertos nos 2 et 5 par le même tandem, l’un de ceux, nombreux, lancés sur le terrain des concertos pour piano de Beethoven, comme si celui-ci était à conquérir en cette année commémorative, malgré les intégrales Bronfman-Zinman, Uchida-Sanderling ou Howard Shelley. Mais ce qui se passe ici se démarque des nouvelles versions habituelles. Certes, nous avons un chef issu du mouvement baroque qui applique ses connaissances rhétoriques à un orchestre symphonique, mais nous bénéficions surtout du mariage de ce décapage avec l’un des pianistes les plus rafraîchissants de la scène internationale. Il faut ici scruter les phrasés, les accents, les équilibres polyphoniques, la manière de faire ressortir ici ou là tel ou tel instrument pour voir que Helmchen et Manze, sans détourner les partitions, apportent un regard frais sur des œuvres si connues. Il y a, de plus, quelque chose dans la démarche qui rappelle le côté jubilatoire de l’intégrale Kovacevich-Davis, un mètre étalon.

Écoutez Concertos pour piano n° 1 et 4

Beethoven

★★★★ 1/2
​Classique

Martin Helmchen, Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, Andrew Manze, Alpha 575