Naked Garden, Lukas Nelson et Promise of The Real

Quatre mariages, sept enfants. Une guitare nommée Trigger. Et une ribambelle d’albums. Les deux garçons de la dernière fournée sont musiciens et mènent des carrières fort distinctes. Lukas et son groupe, Promise of The Real, produisent un country-rock costaud (en plus d’accompagner Neil Young), Micah flotte dans la psychédélie. Chacun son héritage ! Ce nouveau disque de Lukas et ses copains est — littéralement — une promesse tenue : il restait de l’album précédent tout un tas de chansons à l’état brut et il n’était pas question de les laisser en plan. Les voici donc, le plus souvent dans leur mouture folk acoustique d’origine, ce qui a pour effet de laisser beaucoup d’espace à la voix du fiston. Laquelle, oui, ressemble à s’y méprendre à celle du paternel à couettes. En plus soyeux. Quelques versions alternatives de titres déjà parus viennent grossir ce complément de programme : rien d’indispensable, rien de superflu non plus. On sait vivre, dans cette tribu.

Voyez l'accroche de l'album

 

Naked Garden

★★★ 1/2
Americana

Lukas Nelson et Promise of The Real, Fantasy