Montréal toujours à la recherche du chef parfait

Edward Gardner présentera les «Danses symphoniques» de Rachmaninov.
Photo: Benjamin Ealovega Edward Gardner présentera les «Danses symphoniques» de Rachmaninov.

Alors qu’il a beaucoup été question de la dernière saison de Kent Nagano, on peut aussi tourner les yeux vers l’avenir, cette quête d’un nouveau chef qui nourrit notre vie musicale d’une manière inattendue.

Mélomanes et abonnés savent bien qu’ils viennent de vivre — et de très loin — la plus belle saison symphonique du XXIe siècle à Montréal. Celle qui s’annonce a toutes les raisons de la surpasser. En gros, à l’OSM nous avons : les ultimes concerts de Kent Nagano comme directeur musical, dont la 13e Symphonie de Chostakovitch et la 5e Symphoniede Mahler en début de saison, entre les 17 et 19 septembre ; les seconds tests de chefs très convaincants comme le concert de François-Xavier Roth dans une Vie de héros, le 30 octobre ; les concerts de contrôle des deux rescapés parmi les favoris de la première heure (Vasily Petrenko et Juanjo Mena en seconde partie de saison) et tous les essais qui se poursuivent, comme celui d’Edward Gardner, le 9 novembre, dans les Danses symphoniques de Rachmaninov.

Chose amusante, quand un prospect chaud, comme Gardner (ou d’autres), dirige à New York par exemple, les limiers de plusieurs orchestres dressent l’oreille dans la salle et se pressent en coulisses en même temps ! Atlanta, par exemple, a pas mal de goûts communs avec Montréal…

À voir la liste des chefs qui défileront cette année (et que l’on aurait tant aimé voir, de temps à autre, depuis 15 ans !) on a peine à croire que l’OSM sera sans directeur musical dans moins d’un an. Un chef et pianiste ne brigue rien mais donnera un concert événement : András Schiff, les 23 et 24 octobre.

Yannick Nézet-Séguin ouvrira sa saison au Métropolitain le 29 septembre avec un chef-d’oeuvre de Berlioz trop rarement programmé : Harold en Italie. L’OM accueillera Alondra de la Parra dans la Symphonie du Nouveau Monde en octobre. Cette même symphonie sera aussi dirigée par la seule femme engagée par l’OSM cette saison : Xian Zhang en février 2020. Deux événements pour l’OM : un Fidelio en version de concert les 25 et 27 octobre et la seconde tournée, aux États-Unis, avec 

Photo: Ilya S. Savenick Getty Images Agence France-Presse Pour l’OM, une seconde tournée aux États-Unis avec Joyce DiDonato
Joyce DiDonato, fin novembre.

Le concert prélude à la tournée aura lieu à Montréal le 17 novembre. La symphonie vedette sera la 4e de Bruckner. Hasard des calendriers, Kent Nagano dirigera, dans la semaine suivant le retour de l’OM, la même 4e de Bruckner à l’OSM.

Du chant

À défaut d’avoir, dans son histoire ancienne, planifié un Boris Godounov pour Joseph Rouleau, l’Opéra de Montréal des temps modernes aura eu la dignité de ne pas manquer l’occasion de programmer, à compter du 14 septembre Eugène Onéguine pour le baryton Étienne Dupuis qui viendra avec son épouse Nicole Car. Parfaite occasion, au passage, pour avoir enfin de l’opéra russe enfin à Montréal. En novembre, ce sera Lucia di Lammermoor avec le ténor Frédéric Antoun en Edgardo.

Les spectacles estudiantins seront du Rameau (adaptation des Indes galantes) à l’Université de Montréal le 15 novembre et du Mozart (La clémence de Titus) à McGill. Au cinéma, ne manquez pas Yannick Nézet-Séguin dirigeant la fameuse production de Turandot du Metropolitan Opera le 12 octobre.

Photo: Uwe Arens Le Festival Bach sera ouvert à l’église Saint-Léon par l’Akademie fu?r Alte Musik Berlin (Akamus).

Les Violons du Roy affichent deux concerts avec La Chapelle de Québec : trois Magnificat de la famille Bach avec Jonathan Cohen, le 28 septembre, et Le Messie avec Bernard Labadie, le 13 décembre. Marie-Nicole Lemieux et Étienne Dupuis seront les piliers du concert de Noël de l’OSM le 17 décembre et la contralto reprendra son programme intimiste autour de Baudelaire à la salle Bourgie les 1er et 3 octobre.

Cette même salle Bourgie ouvrira sa saison le 10 septembre avec Le Vaisseau-coeur, un projet de Ballet-Opéra-Pantomime (BOP) défini comme un « rituel choral qui mêle prière, poésie et couleurs ». Un programme vocal met la touche d’originalité à l’automne d’I Musici, le 15 octobre : Liturgies de lumière de Guillaume Connesson pavent la voie à un Dixit Dominus récemment attribué à Vivaldi. C’est aussi à la salle Bourgie, qui poursuit d’ailleurs de très belle façon son intégrale des Cantates de Bach avec, notamment, deux ensembles en visite : Trinity Wall Street de Julian Wachner le 29 septembre et La Chapelle Rhénane de Benoit Haller le 24 novembre.

Le Festival Bach sera ouvert trois jours plus tôt, le 22 novembre à l’église Saint-Léon, par l’Akademie für Alte Musik Berlin (Akamus). Parmi les vedettes de l’édition 2019 : Jean Rondeau dans les Variations Goldberg, Christian La Marcadans les Suites pour violoncelle, Andrea Marcon dirigeant la Messe en si,Maurice Steger, The Knights etReinhardt Goebel.

Récitals

Parmi les concerts d’ensembles, il faut mentionner le retour de Maxim Rysanov à I Musici le 5 décembre, les concerts universitaires, dont une 5e Symphonie de Chostakovitch par Jean-François Rivest le 12 octobre et un concert webdiffusé de l’Orchestresymphonique de McGill le 23 novembre, l’Orchestre classique de Montréal, nouvelle dénomination de l’Orchestre de chambre McGill, qui tentera de séduire le public du dimanche après-midi, et Musica camerata qui, sauf erreur, offrira le 7 septembre à 18 h à la Chapelle historique du Bon-Pasteur le premier rendez-vous de la saison.

Mais Montréal se distingue particulièrement par des concerts de solistes de haut calibre. L’automne débutera très fort avec Christian Blackshaw au Ladies’ Morning le 15 septembre, suivi de Luca Burrato à Bourgie le 18 septembre, par Denis Matsuev, accueilli par Pro Musica et l’OSM à la Maison symphonique de Montréal, et Charles Richard-Hamelin le 20 novembre à Bourgie.

En musique de chambre, deux duos à ne pas manquer : Benjamin Grosvenoret Hyeyoon Park le 8 décembre au Ladies’ Morning, ainsi qu’Isabelle Faust et Alexander Melnikov chez Pro Musica le 21 novembre. Deux quatuors aussi : le Borodine le 1er novembre chez Pro Musica et le Quatuor Hermes le 6 octobre au Ladies’.

Si les amateurs de violoncelle compareront Christian-Pierre La Marca au Festival Bach et le vainqueur du Concours Reine Elisabeth 2017 Victor Julien-Laferrière invité le 27 octobre par le Ladies’ Morning, les férus d’orgue seront inondés de concerts par le Grand Festival d’orgue 2019 qui rendra hommage à John Grew. Le concert de gala est le 4 octobre au Gesù, auquel s’ajoutent trois séries de concerts gratuits, « événements » et « incontournables ».

Alors que l’ECM + fera se rencontrer Michel Gonneville et Erik Satie le 17 novembre, la Société de musique contemporaine rendra hommage toute sa saison à la compositrice Katia Makdissi-Warren, spécialiste de la confluence des musiques occidentales et moyen-orientales. Coup d’envoi le 27 septembre à la salle Pierre-Mercure.