CMD au festival MUTEK: de radio et de distorsion spatiotemporelle

CMD présentera vendredi du matériel inédit composé au courant de la dernière année.
Photo: Adil Boukind Le Devoir CMD présentera vendredi du matériel inédit composé au courant de la dernière année.

« Ce qui m’a amenée à Montréal ? Je ne sais pas… l’aventure ? » dit en riant Corina MacDonald. Presque vingt ans plus tard, son aventure se poursuit : la musicienne, compositrice et DJ cumule près de quinze années de service à la barre de l’émission Modular Systems sur les ondes de CKUT 90.3 FM, le rendez-vous incontournable de la scène électronique montréalaise, tous les dimanches, de 13 h à 14 h. Sous le nom de scène CMD, elle a lancé huit microalbums en six ans qui illustrent son flair pour une techno sophistiquée et empreinte d’influences dub et acid house, la cadence idéale pour propulser les danseurs jusqu’au bout de la grande soirée Nocturne 4 de MUTEK, au MTelus ce vendredi.

Cependant, cette description, sommaire, de l’univers musical investi par la musicienne pourrait bien avoir été retournée comme une crêpe depuis sa dernière performance à MUTEK, prévient-elle : « L’an dernier, j’avais complètement transformé ma manière de jouer live ; plutôt que de m’appuyer principalement sur un ordinateur et [le logiciel de composition, d’édition et de performance musicale] Ableton, je suis passée à un kit à base de synthétiseurs, quatre en tout, synchronisés ensemble. »

Cela ne semble être qu’un détail, de la quincaillerie qui n’intéresse pas spécialement le danseur, pourtant, ça change tout, assure Corina. « Ce que je fais aujourd’hui est complètement différent de ce que j’ai lancé sur disque ces dernières années », nommément les deux excellents Haptic Controls et Wild Light, respectivement parus sur les étiquettes Jacktone et Perfect Location Records, toutes deux basées en Californie, et le « quasi-album » Lycan Disco (2017, Jacktone).

Matériel neuf

CMD présentera donc vendredi du matériel inédit composé au courant de la dernière année, différent mais toujours aussi raffiné, mélodieux et inspiré par le son techno de Detroit, « la première musique électronique qui a capté mon attention ». Elle en aurait à nous faire entendre pour la soirée et le lendemain matin, glisse-t-elle. « J’ai accumulé plein de nouvelles compositions pour mes performances live que je n’ai pas encore réussi à éditer en vue d’un album — ou, plutôt, de plusieurs albums… » Le beau problème ! « Ce que j’apprécie le plus de jouer live, c’est d’avoir l’impression de jouer avec la perception que l’auditoire a du temps qui passe, tout ça grâce aux sons qui occupent leur espace. »

J’ai accumulé plein de nouvelles compositions pour mes performances live que je n’ai pas encore réussi à éditer en vue d’un album

Britanno-Colombienne d’origine ayant bifurqué vers Calgary, c’est en mettant les pieds à Montréal, peu après les débuts de MUTEK, que la musicienne a plongé tête première dans les musiques électroniques, « en fréquentant les loft parties, les concerts plus underground. Tout s’est mis en place pour moi à ce moment-là », alors qu’elle poursuivait ses études en programmation.

Talents locaux

Depuis, Corina MacDonald est devenue un pilier de la scène électronique locale. Habituée des scènes de bon goût — Piknik Électronik, Igloofest, des premières parties pour Nina Kravitz, Gunnar Haslam et Monolake, lequel offrira ce soir le concert d’ouverture de MUTEK à la pyramide PY1 au Vieux-Port —, elle offre sa tribune radiophonique hebdomadaire en priorité aux talents locaux, collègues et amis.

« Mes amis m’ont souvent demandé pourquoi je n’avais pas choisi de faire carrière dans le monde de la radio, explique-t-elle. Je me suis toujours imaginé que de travailler dans une radio commerciale ne m’aurait pas permis d’être aussi libre. J’aime cette émission, vraiment, j’aime pouvoir jouer ce que j’ai vraiment envie [de faire entendre]. »

« Beaucoup de ce que je joue est de la musique fraîche, mais j’aime sauter d’une époque à l’autre, ressortir de vieilles perles, ajoute Corina. Par-dessus tout, j’aime jouer les oeuvres des artistes d’ici et les inviter en studio pour qu’ils nous les présentent. C’est non seulement un aspect important de mon travail à la radio, mais aussi du mandat de CKUT. »

CMD partagera l’affiche du Nocturne 4 de MUTEK avec les artistes internationaux TM404, Lotus Eater et Blawan.