Musique à la cathédrale de Jaén, Orchestre baroque de Séville

Cet enregistrement de 2011 et 2012 avait été initialement publié par l’Orchestre baroque de Séville et distribué en Espagne sur étiquette OBS Prometeo sous le titre Espaces sonores en la cathédrale de Jaén. Le mot « espace » résume le ressort de l’éloquente magie qui saisit lorsque l’on découvre le Miserere mei, Deus (1726) de Juan Manuel de la Puente (1692-1753), une oeuvre à 18 voix en 7 choeurs : même en stéréophonie, les effets d’écho et de spatialisation sont perceptibles et très efficaces. Il est donc heureux que l’étiquette belge Passacaille apporte une résonance internationale à la redécouverte de ce compositeur castillan. Outre l’oeuvre principale, le disque renferme un air (Lavanderita soy), une villancico de 1734, une cantate sacrée et une cantate profane. La musique semble italienne avec un zeste d’exotisme hispanique, comme peuvent être exotiques les oeuvres du baroque latino américain. Tout cela méritait largement la redécouverte et un disque défendu par une vedette du calibre d’Enrico Onofri.

Écoutez l'Orchestre baroque de Séville interpréter Miserere mei

Musique à la cathédrale de Jaén

★★★★
Classique

Œuvres de Juan Manuel de la Puente, Choeur Vandalie, Orchestre baroque de Séville, Enrico Onofri, Passacaille 1037