Leoš Janáček, Orchestre philharmonique tchèque

La parution met l’accent sur le fait que ces enregistrements comptent parmi les derniers de Jiri Belohlavek, disparu en mai 2017. Mais seule la Sinfonietta (février 2017) est vraiment testamentaire à cet égard. Le principal intérêt est d’avoir l’enregistrement de la nouvelle édition simplifiée de la Sinfonietta, qui permettra sa plus grande diffusion dans les salles de concerts (on passe de 37 à 22 vents) sans conséquences négatives notables, couplé à un enregistrement (de 2013) enfin convaincant de la version dite « originale » de la Messe glagolitique, avant sa révision et finalisation de 1928. Cette version princeps aux sonorités plus étranges et aux rythmes plus complexes suit la nouvelle partition Bärenreiter. En résumé, Neumann (Praga) et Tilson Thomas (Sony) restent les choix majeurs pour les Glagolitique et Sinfonietta traditionnelles, mais Belohlavek propose le disque de choix pour connaître le premier jet de la Messe et livre dans cette Sinfonietta simplifiée un chant du cygne artistique d’une bouleversante intensité.

Écoutez l'Orchestre philharmonique tchèque interpréter Andante con moto

Leoš Janáček

★★★★
Classique

Messe glagolitique, Sinfonietta, Taras Bulba, L’enfant du violoneux, Orchestre philharmonique tchèque, Jiri Belohlavek, Decca 2 CD 483 4080