Le désordre pour le style, Babylones

Babylones est l’enfant de deux vieux amis — anciens du groupe Erewhon —, Charles Blondeau (Maude Audet, Mauves) et Benoît Philie. La connivence, qui remonte semble-t-il à loin, est palpable sur ce premier vrai disque long, après un EP en 2014. Le désordre pour le style fait certes honneur à son titre : à travers plein d’idées lancées et de concepts amorcés, l’oreille peine à se raccrocher à un fil conducteur fort. Au tournant d’un refrain, d’un riff, on pense autant à Richard Séguin qu’à Victime, à 3 Gars su’l sofa qu’à Slowdive. Certains des passages avec plus de fuzz(Nunavut, Lifts) parviennent à composer une atmosphère lunaire, gazeuse, qui enchante. D’autres pièces, dont le plus naïf extrait Millionnaire, public depuis mai dernier, viennent casser le rythme installé par cette fameuse atmosphère, accentuant l’impression de manque de repères… Bon, on ne peut pas dire qu’on n’était pas prévenus. En spectacle de lancement samedi au FME, puis le 11 septembre au Ministère, à Montréal.


Le désordre pour le style

★★★
Prog rock

Babylones, L-A be