Daniel Lozakovich. Bach: Concertos pour violon BWV 1041 et 1042. Partita no 2. Orchestre de chambre de la Radio bavaroise.

Je ne pensais pas faire ressurgir l’image de ce publicitaire dans la vitriolée série Mozart in the Jungle, qui, pour vendre un chef à la Dudamel, n’avait rien trouvé de mieux que le slogan « Hear the Hair » ! Mais en voyant et entendant l’impeccable Daniel Lozakovich, je me suis souvenu que le dernier Bach de DG était celui, échevelé, de Nemanja Radulovic et qu’au fond, l’imbécile formule L’Oréaliennesynthétisait tout de ce qu’on entendait dans l’un et l’autre CD. Avec Lozakovich, son nouveau violoniste surdoué, qui enregistre à 16 ans un Bach amidonné, DG fait un saut stylistique 50 ans en arrière. Le parallèle est évident, même visuellement : Nathan Milstein (1903-1992). Même distinction, même look déjà. Le créneau est certes déjà pris, par James Ehnes. Mais DG a raté Ehnes, alors le label jaune saute une génération. Milstein avait une photo proche et une prise de son à bonne distance. Lozakovich a une photo distante, mais, hélas !, une prise de son proche avec d’épouvantables bruits de respiration qui gâchent le plaisir.
 

 

Daniel Lozakivich puis Namanja Radulovic jouent le Concerto BWV 1041 de Bach

Daniel Lozakovich

★★ 1/2
Classique

Bach, Orchestre de chambre de la Radio bavaroise, DG 479 9372