Soil, serpentwithfeet

Impossible de résister au charme et aux audaces de ce premier album complet du New-Yorkais serpentwithfeet (Josiah Wise), même lorsqu’il dérive dans le mélodrame, comme sur la chanson fragrant, qui s’ouvre sur ces strophes : « I called all your ex-boyfriends and asked them for a kiss / I needed to know if they still carried your fragrance ». Remarquez, il n’y a de toute façon jamais de retenue sur cet album fragile et sensible, ni dans la voix unique du chanteur, bercé dans le gospel, passionné par le R’n’B contemporain autant que par l’univers musical de Björk — trois références qui définissent bien le son de soil. Ainsi, le falsetto gracieux et singulier de Wise se pose sur des rythmiques déconstruites, parfois habillées d’orgues et d’arrangements vocaux, comme sur la pastorale whisper qui ouvre si bien l’album. Sur seedless, à la rythmique clinquante signée Clams Casino (A$AP Rocky, Lil B), l’auteur-compositeur-interprète renoue avec les atmosphères plus torturées de son premier EP blisters. On écoute avec l’impression de découvrir une voix vraiment unique.

Écoutez bless ur heart

Soil

★★★★
Avant-garde

Serpentwithfeet, Tri Angle Records / Secretly Canadian