Aquaïens, Frank Feutré

Quête organique à travers des sonorités fluides et lumineuses, Aquaïens est la fable imagée signée de la main de Benjamin Bleuez, le meneur du projet Frank Feutré. Comptines psychédéliques habillées d’un groove suave et d’une instrumentation d’inspiration africaine (L’horloge), cet album-concept a de quoi attirer l’oreille des nostalgiques de chanson française « alternative » des années 1990. La voix caractéristique de Bleuez, très mise en avant, est ce qui frappe d’abord. Si celle-ci intrigue par un certain maniérisme attachant, il serait dommage qu’elle masque la richesse de la musique. La guitare de la pièce-titre n’est pas sans rappeler Dire Straits ou War on Drugs. En bathyscape, elle, a un quelque chose de folk-pop très années 1970, qui se situerait quelque part entre Beau Dommage et Fleetwood Mac. Il semblerait que Frank Feutré raconte sur Aquaïens la rencontre entre un humain et une femme des profondeurs, une Aquaïenne. C’est à l’image de tous les métissages sonores qu’on y retrouve. En concert au Quai des brumes le 6 juin.
 

Aquaïens

★★★
Folk-rock

Frank Feutré, Kinnta Records