Moody Boots, Silver Dapple

Offrant un dream-pop nostalgique des années The Cure abrillé d’un manteau grunge à la mode Liz Phair, les Montréalais de Silver Dapple proposent ces jours-ci Moody Boots, second album officiel. « Moody », ce cocktail post-punk, comptant deux voix de femmes à signature lo-fi, l’est. Entre des mélodies pop plongées dans la mélancolie et une instrumentation clin d’oeil à The Radio Dept et My Bloody Valentine — en moins romantique —, les 11 pièces font dans le rock’n’roll réflectif, sans toutefois être sinistre. Rappelant parfois Speedy Ortiz en moins frontal, le groupe ressasse visiblement beaucoup de choses et de souvenirs mornes. C’est certes bien fait : les ingrédients pour une jolie minestrone émotive sont rassemblés. Mais Emily Deimert, Melissa Di Menna, Julien Bakvis et Markus Lake semblent trop contraints par l’envie de bien faire. Il manque un iota de laisser-aller, ce petit brin de caractère qui différencie un album chouette d’un super disque.
 

Moody Boots

★★★
Post-punk

Silver Dapple, Indépendant