Le «best of» créatif de François Pérusse

François Pérusse se fait à la fois narrateur et observateur de sa propre carrière.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir François Pérusse se fait à la fois narrateur et observateur de sa propre carrière.

Dans une autre vie, François Pérusse était disquaire. Et rien ne l’horripilait plus que de voir arriver sur les tablettes des compilations qui se bornaient à enfiler négligemment les succès d’un groupe, dans un ordre quelconque. Des décennies plus tard, ce sentiment ne s’est pas dissipé. Même pour l’humoriste émérite qu’il est devenu, il y a encore des limites à rire du monde.

C’est un peu pour ça que le roi québécois du sketch audio a pris très au sérieux la création de son propre disque « best of », sa compilation pas du tout paresseuse de ses meilleurs moments. « Je ne pouvais pas faire du copier-coller et mettre un prix dessus. Il fallait faire une belle affaire », raconte l’humoriste de 57 ans, assis dans les bureaux de sa maison de disques Zéro musique.

Et c’est justement ce qu’il a fait avec Best Ove, son 12e disque — sans compter deux albums faits pour la France —, à paraître vendredi. François Pérusse a d’abord déverrouillé ses voûtes, qu’il a passées au tamis pour ne garder que la crème de la crème.

« Quand je fais un tome [des Albums du peuple], je choisis dans les gags que j’ai enregistrés dans l’année et j’en ajoute un peu pour habiller tout ça, dit Pérusse. Là, c’est le même processus que d’habitude, mais la difficulté supplémentaire c’est que ce sont tous les albums que j’ai réécoutés ! » Il est passé de 13 heures de matériel à un total final de 1 heure 15 minutes. « Ç’a été une torture, rigole-t-il. Il n’y a pratiquement rien qui est intégral, j’ai coupé partout dans les sketchs. » Un vrai petit chirurgien.

Puis, au lieu de s’arrêter là, il a trouvé un ordre qui lui plaisait, avant d’intégrer quelques bloopers retrouvés dans ses archives, en plus d’insérer ici et là des moments inédits. Le tout mené par un Pérusse à la fois narrateur et observateur de sa propre carrière.

Même que Best Ove révèle quelques secrets de blague — mais comment s’appelait réellement la petite Clépétar ? — en plus de contenir des remix, voire des réinterprétations de chansons phares du répertoire de Pérusse. « Il y a par exemple des chansons issues d’un sketch que j’ai extraites du sketch, dit Pérusse. [La chanson] du gars qui chante dans le métro avec ses écouteurs, je lui ai rajouté des guitares, des basses. Sur Greenberg, j’ai remis une basse, un orgue et un piano. »

Bref, François Pérusse ne voulait pas « que ça sente l’argent », que l’on reçoive son Best Ove comme un élan pur de nostalgie, ou comme le désespoir d’un gars fini.

Comment choisir ?

Chacun a ses moments favoris du vaste travail de François Pérusse, mais le comique ratisse pas mal large sur Best Ove. On retrouve Jean-Marc le joueur compulsif, la dame qui met ses médicaments à jour — « scram Brad ! » —, le petit caneton polisson, la non-entrevue avec Clément Bisson, le gars qui magasine au téléphone, Fanny et Pipi, le Bed and Breakfast, le coup du « fi-dou-da », Monsieur Yoko Who Knows, la description du baseball, etc.

« Pendant 25 ans, j’ai bien retenu ce que les gens m’ont dit. Mais soyons honnêtes, il y a des classiques, dit le timide dans l’âme. “Un skidoo on peut-tu laisser ça dans la cour ?”, si j’avais pas mis ça sur l’album, j’aurais eu des plaintes officielles, j’aurais reçu des tomates sur les réseaux sociaux. Il y a des expressions que les gens se sont créées avec ces albums-là et j’en parle un peu sur le disque. C’est une fierté pour moi. Mais il fallait que je les mette en contexte pour que ce soit drôle, et pas juste les énumérer, comme dans un musée. » Ne pas être paresseux, encore une fois.

Le déclencheur de L’osti d’jeu

Déjà, au tome 3 de L’album du peuple, le public réclamait des compilations à François Pérusse. Mais c’est plus de 25 ans après ses débuts que l’habile monteur sonore a estimé que le moment était venu.

Ce sont en fait les appels du pied des créateurs du très décalé jeu de société L’osti d’jeu qui ont été le déclencheur de ce Best Ove. En demandant à Pérusse la permission de piger dans les gags forts de son répertoire pour créer une extension au matériel de base de son univers irrévérencieux, ils ont démarré chez lui la machine à rétrospective.

Dans L’osti d’jeu, les participants doivent compléter des expressions trouées à l’aide de mots ou de courtes phrases inscrites sur des cartes. Le tout est la plupart du temps coté 18 ans et plus.

Celui qui continue de sévir à RDS avec La tite chambre est pourtant davantage dans l’absurde, même s’il a « une couple de répliques un peu salaces sur les bords ». « Mais j’étais correct avec ça. Je ne cacherai pas que j’aime ça la grivoiserie, même si je ne l’utilise pas souvent. »

Retour en France ?

Le grand ado dans l’âme n’a pas produit de capsules radio cette année — une première en 27 ans. Cette pause forcée par une plus grande fragilité financière des radios l’a inquiété, mais lui a aussi permis de réfléchir à ses projets. Celui qui a travaillé beaucoup pour la télé, entre autres avec Pérusse Cité, commence à travailler à un concept pour le petit écran — « si on peut encore l’appeler comme ça aujourd’hui avec les écrans de 85 pouces » —, qu’il aimerait présenter à des diffuseurs le temps venu.

Sinon, c’est vers la France qu’il se tournera à nouveau, lui qui a déjà obtenu un succès certain là-bas. Sur sa chaîne YouTube qui atteindra bientôt les 30 millions de visionnements, il compte plus de 65 000 abonnés, dont à peu près 75 % venant de l’Hexagone. « Ça me fait capoter un peu. Je vais commencer à leur présenter les capsules françaises que j’ai faites pour la radio là-bas pendant des années, et je vais leur en proposer de nouvelles plus tard. Il y a une couple de diffuseurs qui ne diraient pas non à mettre ça en ondes. »

Comme quoi il est possible de ne pas faire rimer best of avec has-been.

Best Ove

François Pérusse, Zéro Musique. En magasin vendredi.