Festival Orford: Wonny Song à la recherche du risque raisonnable

Avant de devenir le directeur artistique de l’Académie Orford, Wonny Song y a passé plusieurs étés en tant qu’étudiant.
Photo: Orford musique Avant de devenir le directeur artistique de l’Académie Orford, Wonny Song y a passé plusieurs étés en tant qu’étudiant.

Le Festival Orford débute officiellement samedi prochain 2 juillet. Orford Musique affiche cependant dès vendredi un bijou de concert avec les maîtres de son académie.

Le Sextuor pour piano et vents de Poulenc et la Petite symphonie pour neuf instruments à vent de Gounod avec les professeurs émérites de l’Académie Orford offriront assurément, vendredi à 20 h, une mise en appétit bienvenue à qui désirera passer une fin de semaine musicale dans les Cantons-de-l’Est, à la veille d’un festival entamé, samedi, par Wonny Song et le Quatuor Cecilia, et dimanche après-midi par un prometteur récital du pianiste français Éric Le Sage.

Prime à la découverte

L’académie est un moteur d’Orford Musique et, avant de penser à en devenir le directeur artistique, Wonny Song y a passé plusieurs étés en tant qu’étudiant. Il y a rencontré son mentor Anton Kuerti, mais aussi Yuli Turovsky, directeur artistique de l’endroit de 1996 à 1999. C’est en hommage à Yuli Turovsky que l’un des premiers gestes de Wonny Song en tant que directeur artistique d’Orford Musique a été d’inviter I Musici, dont les musiciens menés par Julie Triquet joueront les Quatre saisons de Vivaldi le 22 juillet sur la scène de la salle Gilles-Lefebvre.

« Orford change tout le temps », souligne le pianiste administrateur, qui avoue aborder sa mission avec « humilité ». « Je veux essayer de marier le plus possible l’académie et le festival, et avoir de nouveaux artistes. Près de deux artistes sur trois vont faire leurs débuts chez nous. Faire découvrir de nouveaux artistes à notre public est très excitant pour moi », dit Wonny Song au Devoir.

Le nouveau directeur artistique voit son mandat comme une « relation » avec le public. « J’aimerais que nous grandissions ensemble, que l’auditoire prenne des risques et soit ouvert à des choses pas forcément usuelles. » Ingrédient de la réussite : « Il faut que le public fasse confiance à Orford, en sachant qu’il va pouvoir y découvrir de nouveaux artistes venus d’Europe, musiciens qu’il pourra suivre, ensuite, à travers des disques ou des vidéos. »

L’approche est risquée, car le public d’ici n’est pas forcément aventurier envers ce qu’il ne connaît pas. Wonny Song cherchera donc à maîtriser un « risque raisonnable ».

Quant aux professeurs, l’objectif est clair : « Je me souviens d’avoir eu de grands professeurs, ici, dont Menahem Pressler. Cela m’a beaucoup marqué et ma vision de l’académie est celle d’un lieu où les étudiants peuvent apprendre avec les meilleurs professeurs du monde, une chance qu’ils n’ont pas pendant l’année. » Recrutés pour cet été, en piano : Yoheved Kaplinsky, de la Juilliard School, et Sara Davis Buechner, professeure en Colombie-Britannique.

Une tournée, déjà

Wonny Song a préservé l’initiative de Jean-François Rivest qui, grâce à une académie d’orchestre, permet de constituer un Orchestre Orford Musique enrichissant la programmation. Celui-ci assumera trois concerts, les 31 juillet, 7 août et 13 août, sous la direction de trois chefs différents : Pablo Gonzalez, Jean-François Rivest et Alessandro Valtullini.

Ensuite, « après la troisième semaine, Jean-François Rivest reviendra à Orford pour préparer la tournée avec les jeunes musiciens. Il partira en tournée en Corée avec l’orchestre et donnera trois concerts du 29 août au 3 septembre ».

Autre grand projet artistique de l’été : un volet créatif intitulé « Inspiration Richard Desjardins ». Trois « oeuvres inspirées des textes de ce célèbre auteur-compositeur-interprète qui a marqué l’identité québécoise par sa poésie et son courage » seront créées par le pianiste Scott MacIsaac (6 août), le Nouveau Quatuor Orford (9 juillet) et l’Orchestre Orford Musique (13 août). Le Festival Orford 2016 s’achèvera le 20 août par le gala du prix Orford Musique, qui couronnera le meilleur des jeunes musiciens invités à jouer avant les concerts du festival.

Outre les concerts des 2 et 3 juillet, les dates à marquer dans votre calendrier sont celles du 8 juillet, où Dang Thai Son défendra un programme entièrement dédié à Chopin, du 23 juillet, concert de la tournée d’adieux d’Oliver Jones, et du 6 août, avec le récital de Scott MacIsaac, lauréat du Concours OSM-Manuvie en 2015, qui s’attaquera à la redoutable Sonate en si mineur de Liszt.

Quant aux découvertes européennes, chères au nouveau directeur artistique, on citera le concert du 15 juillet avec le duo formé par le violoniste Pierre Fouchenneret et le pianiste Romain Descharmes, une première visite au Canada. Ces artistes-là, pour le coup, même nous, nous n’en avions jamais entendu parler !

Festival Orford Musique

Du 1er juillet au 20 août. Billetterie : 819 843-3981, poste 232.