La valeur sûre de la découverte

Le 33e Festival de la chanson de Tadoussac se tiendra au début du mois de juin à l’embouchure du fjord du Saguenay.
Photo: Marc Loiselle Le 33e Festival de la chanson de Tadoussac se tiendra au début du mois de juin à l’embouchure du fjord du Saguenay.

Même si le thermomètre ne le sait pas encore, le coup d’envoi de l’été sur la Côte-Nord vient d’être donné, avec le dévoilement mercredi de la programmation du 33e Festival de la chanson de Tadoussac, qui se tiendra au début du mois de juin à l’embouchure du fjord du Saguenay.

La formule est connue, mais elle étonne toujours un peu par son audace. Après tout, il s’agit chaque année de parvenir à aligner quelques valeurs sûres, de belles prises et un large éventail de découvertes musicales. Et tout ce beau monde doit prendre le chemin tortueux de la route 138 jusqu’au traversier qui nous permet de naviguer jusqu’à « Tadou ».

Côté valeurs sûres, Plume Latraverse offrira son spectacle en formule trio, sur la scène de l’église. Même scène pour le collectif Sept jours en mai, qui réunit en un seul spectacle les Michel Rivard, Luc De Larochellière, Mara Tremblay, Éric Goulet, Gilles Bélanger et Mountain Daisies. Les Soeurs Boulay reviennent elles aussi, mais avec un nouvel album à présenter aux festivaliers.

Dans le sous-sol de cette même église, où les soirées s’étirent tard dans la belle nuit étoilée du Saint-Laurent, on pourra chanter et fêter avec le rock merveilleux de Galaxie, le nouvel opus de Yann Perreau et les improbables Goules.

Sur le site le plus achalandé du festival, dans le secteur de l’auberge de jeunesse, les spectacles se succéderont sur deux scènes, dans une ambiance « électro-urbaine, avec des pointes de rétro », paroles de Marc-André Sarault, qui vient de reprendre les rênes de la programmation du festival.

Électro et afropop, avec DJ Poirier qui y sera pour lancer chaque nuit, de jeudi à samedi, mais aussi avec le « beat box breton » de Krismenn Alem, qui semble pour le moins prometteur pour ceux qui aiment Tadoussac pour son volet « découvertes ». Un habitué du festival, Bernard Adamus, y livrera aussi son tour de chant, de même que quelques autres noms méconnus, mais qui, chaque année, surprennent par leur audace et leur caractère festif. L’auteur de ses lignes en sait quelque chose, puisqu’il a fréquenté toutes les éditions du festival depuis 2005.

Public réceptif

Marc-André Sarault, qui a notamment travaillé aux FrancoFolies de Montréal, a bon espoir que les festivaliers seront de la partie. « Le public est très fidèle d’une année à l’autre, quelle que soit la programmation ou encore la météo. Et c’est un festival où les gens ont le goût de découvrir des choses. Le public est très réceptif, très avide de découvrir », explique-t-il.

Réceptif, justement, pour porter attention à la bande des Chemins d’écriture, cette tradition qui permet à de jeunes artistes de tester leur matériel. Une sélection à laquelle il importe d’ailleurs habituellement de prêter l’oreille. Après tout, certains talents aujourd’hui reconnus sont passés par là, dont Lisa LeBlanc et Karim Ouellet.

Il faudra aussi noter les noms de Ponteix, Rosie Valland et Laurence Nerbonne, qui ont tous un potentiel de séduction de Tadoussac. D’autres incontournables ? Les spectacles à la pointe de L’Islet, avec le fjord en toile de fond, mais aussi le spectacle de l’anse à la Barque, où il faut se rendre en kayak. Cette année, si la météo le veut bien, ce sera Dany Placard qui s’y produira, directement sur les rochers.

Festival de la chanson de Tadoussac

Du 9 au 12 juin

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 14 avril 2016 09 h 22

    Bonne fête a tous mes arrières arrières arrières petits cousins

    Le Saguenay la grande porte du nord, ce qu'autrefois on appelait le Québec du vrai monde