Le Festival de la chanson de Tadoussac dévoile sa 28e programmation

La nouvelle scène du festival sera inaugurée par Chloé Sainte-Marie.<br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir La nouvelle scène du festival sera inaugurée par Chloé Sainte-Marie.

Ça sent un peu plus l'été depuis hier, même si le temps maussade ne semble pas vouloir céder sa place. C'est que le Festival de la chanson de Tadoussac a finalement dévoilé la programmation de sa 28e mouture. Une affiche bien remplie qui y va évidemment de certaines valeurs sûres, mais surtout de plusieurs découvertes issues pour la plupart d'un terreau particulièrement festif.

D'abord, les belles soirées avec ceux qui n'ont plus besoin de présentation. Le plus grand des petits festivals a décidé de s'offrir une nouvelle scène cette année, scène qui sera inaugurée par Chloé Sainte-Marie, avant d'être fréquentée par Paul Piché et enfin les Douze Hommes rapaillés. Pas moins de 525 personnes pourront assister à ces spectacles dans l'église du village.

Au sous-sol de cette même église, on pourra s'en donner à coeur joie avec Damien Robitaille, Karkwa, Malajube, Jérôme Minière et Les Cowboys fringants. Dans une salle aussi intime compte tenu des noms cités, ça promet.

L'embouchure grandiose du fjord du Saguenay se transforme aussi, comme chaque année, en vitrine débordante de découvertes. Signe des temps, la directrice de la programmation, Catherine Marck, constate également que bien des noms qui ont retenu l'attention des organisateurs devraient faire lever la pâte du 9 au 12 juin. Il y a du festif dans l'air.

Et l'épicentre de cette belle épopée qu'on nous promet sera bien sûr le secteur de l'auberge de jeunesse, lieu mythique s'il en est un, avec ses deux scènes très près l'une de l'autre. Ça commence tard et ça ne se termine jamais avant l'aurore. Les festivaliers pourront se laisser aller avec le joyeux amalgame de jazz manouche et de rockabilly de Tracteur Jack, en plus de découvrir le rock garage de Buddy McNeil and the Magic Mirrors, mais aussi la belle énergie punk de Panache. Présence sans doute très appréciée aussi de Dany Placard et d'Élage Diouf. Quand on parle de diversité.

À noter, en gros caractères, la venue de Karim Ouellet (finaliste aux Francouvertes) et de l'Acadienne Lisa Leblanc, présence phénoménale sur scène, parole de scribe. Gageons qu'elle fera l'événement.

On ne peut pas tout nommer, mais allons-y avec le quasi-guitar hero Sunny Duval, les belles inspirations country de Marco et les Torvis ou encore les sonorités klezmer de Wallet. Sans oublier le retour du spectacle de l'anse à la barque, où on se rend en kayak en pagayant dans le fjord. Il y en a encore davantage, évidemment (programmation complète au www.chansontadoussac.com).

Le plus grand des petits festivals a passé haut la main le test du déplacement des FrancoFolies au début de juin l'an dernier. Cette année, Mme Marck dit avoir bon espoir de pouvoir réitérer l'exploit. Bref, reconnaît-elle, on se dirige doucement vers le 30e anniversaire.