Chanson - L'irréductible Festival de Tadoussac

Québec — L'an dernier, le temps a été exécrable au Festival de la chanson de Tadoussac. Et pourtant, ce fut une des meilleures années de l'histoire de ce festival. Difficile dès lors de croire à autre chose qu'à son succès renouvelé cette année.

Avec 27 004 entrées bien comptées en 2006 (en hausse constante depuis 2000), le Félix du meilleur événement de l'année et le Grand Prix du tourisme dans sa catégorie, le festival pourrait en effet avoir l'air plus mal en point.

Au programme de 2007, Catherine Marck propose un bon mélange de grands et de petits noms. Dans la première catégorie, l'un d'eux s'impose avant tous les autres: Richard Desjardins, qui présentera sur la scène Desjardins (parions qu'il va adorer... ) son Kanasuta et une revue de son répertoire, seul avec sa «guétar». De la bien précieuse visite puisque les sorties du monsieur se font assez rares. À moins de nouvelles annonces cet été, on ne le verra qu'à Tadoussac, Rouyn-Noranda et Sainte-Martine, où il affiche déjà complet.

Pierre Flynn et Les Vulgaires Machins complètent ce tableau plus connu auquel s'ajoutent les noms de Patrick Watson, Philippe B, Call Me Poupée, Stephen Faulkner, Yann Perreau, Mononc' Serge et la sensation de l'heure, Tricot Machine.

Mais comme l'a si bien rappelé le directeur général du festival, Charles Breton, hier, «les habitués viennent à Tadoussac pour les découvertes. Ils regardent la programmation et se disent: "C'est super, je ne connais personne!"»

De l'étranger, on a notamment invité un protégé de Renaud du nom de Benoît Dorémus, Agnès Bihl, lauréate du dernier prix Félix-Leclerc, ainsi qu'un chanteur d'origine haïtienne du nom de Bélo, lauréat du Prix Découvertes RFI l'an dernier. De chez nous, on nous invite à découvrir un certain «Latino-Gaspésien» du nom de Juan Sebastian Larobina, un natif de Contrecoeur du nom de Yan Philibert et plusieurs autres. Tout ça du 14 au 17 juin prochain dans la capitale québécoise des baleines.

Collaboratrice du Devoir