Bell lance son service Crave en français

La présidente de Bell Média au Québec, Karine Moses (à gauche), et la vice-présidente à la programmation de langue française, Suzane Landry
Photo: Adil Boukind Le Devoir La présidente de Bell Média au Québec, Karine Moses (à gauche), et la vice-présidente à la programmation de langue française, Suzane Landry

Une nouvelle offre francophone de diffusion télé en ligne verra officiellement le jour mardi prochain. Bell a annoncé que son service Crave sera désormais proposé dans la langue de Tremblay, et qu’il comprendra quelque 6000 heures de contenu, dont des productions originales et les catalogues traduits de HBO et Showtime.

« Pour nous, c’est extrêmement important, ça nous permet de consolider et de solidifier notre position dans le marché, a affirmé la nouvelle présidente de Bell Média au Québec, Karine Moses. C’est aussi très important de faire rayonner le talent d’ici partout à travers le Canada. »

Crave, qui n’a pas un autre nom pour son volet franco, proposera donc pour un montant de base de 9,99 $ le contenu de la plateforme dans les deux langues officielles.

On y trouve les primeurs de la plateforme, les émissions de Showtime et le catalogue — donc excluant les nouveautés brûlantes — de la chaîne HBO. Il faudra doubler son paiement pour ajouter l’ensemble des services de Super écran, et le tripler pour ajouter au lot la totale HBO (en anglais), qui inclut des chaînes de films.

Bell présentera cette année une trentaine de productions originales en français. « Il va y avoir des séries de fiction, de documentaires, de la variété, des spéciaux humour… », a énuméré Suzane Landry, vice-présidente à la programmation de langue française.

Une nouvelle série coproduite par Vrak, Pour toujours, plus un jour, mettant en vedette Pier-Luc Funk et Catherine Brunet, a d’ailleurs été présentée aux médias mardi. Crave diffusera aussi ultérieurement la série de suspense Mirage, avec Marie-Josée Croze), la série de Sophie Lorain et Alexis Durant-Brault Sortez-moi de moi, et plusieurs séries documentaires originales, dont Le dernier vol de Raymond Boulanger, l’ancien pilote québécois qui a travaillé avec les cartels colombiens.

La version francophone de Crave ne sera pas un réceptacle automatique pour les productions déjà diffusées sur les différentes chaînes spécialisées de Bell (dont Canal Vie, Vrak, Z et D), a précisé Suzane Landry.

« Oui, il va y avoir des contenus qui vont arriver des chaînes, mais ils vont être sélectionnés en fonction de l’objectif qu’on recherche et avec la clientèle cible qui va consulter cette plateforme. Mais les chaînes spécialisées vont continuer à avoir une offre distincte », explique Mme Landry.

Il va y avoir des séries de fiction, de documentaires, de la variété, des spéciaux humour…

L’entente qui liait Bell avec l’Extra de TOU.TV a par ailleurs pris fin en décembre, a noté Mme Moses, et l’entreprise est en réflexion pour savoir si elle diffusera encore de ses contenus sur la plateforme publique. « Mais décidément, avec le lancement d’aujourd’hui, on y pense différemment », note Mme Moses.

Bell croit encore en la télévision dite linéaire, diffusée de manière traditionnelle, avec ses émissions à heure fixe. Selon Suzane Landry, « les publics se promènent. La semaine, t’es plus dans ton rendez-vous télé et le week-end, t’as le temps de chercher des contenus sur une plateforme comme Crave. Une même personne peut avoir différents comportements ».

Quelque 2,6 millions de Canadiens sont abonnés à Crave en anglais, dont très peu de Québécois, a noté la direction de Bell. Et la compétition est forte en la matière. Il y a les acteurs américains comme Netflix et Disney +, mais aussi les plateformes locales, comme le Club illico de Québecor et TOU.TV.

Suzane Landry estime qu’il y a de la place sur le marché pour Crave en français. « Les consommateurs de langue française, ils ont le goût d’écouter des contenus en français ; alors, en arrivant avec une offre de contenu qui est riche, en quantité, en variété et en qualité, moi, je pense qu’on répond à une demande. […] On offre une autre porte, une autre entrée. »

Le comédien Pier-Luc Funk s’est aussi réjoui de voir que des productions originales d’ici « puissent se comparer aux plus grands ; on va être à côté de HBO, et […] on va être surpris de voir qu’on fait des aussi bonnes séries. »

Affaire de langue

Karine Moses souhaite qu’une partie des productions originales de Crave en français soient par ailleurs sous-titrées en anglais pour que le reste du pays se frotte à ce qui se fait au Québec.

La langue des productions disponibles est aussi un enjeu de taille pour Bell. « On a une entente avec HBO qui nous permet d’avoir beaucoup de séries simultanément en français, note Suzane Landry. Avec Showtime il y a des délais, mais sinon ça varie. »

« On travaille toujours pour rapetisser la fenêtre » entre les versions originales et les versions traduites, note Mme Moses.

Bell entend miser sur la fiction

Le créneau de la fiction s’avère un peu le parent pauvre chez Bell, qui possède surtout des chaînes spécialisées — ce qui pourrait changer avec la venue de Crave et l’achat de V, qui reste à être acceptée par le Bureau de la concurrence. Mais les choses risquent de changer, car la production de fiction est sur la table de travail des patrons de Bell Média.

« On est en développement avec beaucoup de producteurs qui ont présenté des projets, a expliqué Suzane Landry. C’est important pour Bell Média d’investir dans le talent d’ici et de développer ce nouveau créneau-là. »

Vidéotron décrie un geste «anticoncurrentiel» de Bell

Vidéotron a affirmé qu’elle se voyait « contrainte » de retirer l’offre sur demande offerte jusqu’à tout récemment avec la chaîne Super Écran, propriété de Bell Média, en raison d’une « autre manoeuvre anticoncurrentielle de Bell ».

La filiale de Québecor a dit croire que Bell « utilise encore une fois sa position dominante sur le marché afin de désavantager son principal concurrent, et ce, au détriment des consommateurs ».

Par communiqué, Vidéotron a dit également retirer les accès à son application Super Écran Go aux clients de Vidéotron abonnés à la chaîne portant le même nom.

Dans une déclaration par courriel en réaction aux propos tenus par Vidéotron, Bell Média a soutenu que le produit a « également été rendu disponible pour Vidéotron, mais (que la compagnie) a choisi de ne pas l’offrir à ses abonnés ».

« L’ancienne application Super Écran Go n’est plus fonctionnelle, donc personne n’est “bloqué” », a affirmé Bell Média.

« Dans le cadre du service Crave bilingue annoncé aujourd’hui, nous lançons une nouvelle version de l’application Super Écran qui propose des milliers d’heures de nouveaux contenus francophones. En fait, des distributeurs du Québec — incluant Cogeco, Telus, Bell Télé et plusieurs autres — ont déjà accepté d’offrir le nouveau Crave bilingue incluant le nouveau produit Super Écran », a ajouté l’entreprise.

La Presse canadienne