«Soigner l’esprit»: je souffre, tu souffres

«Soigner l’esprit» se distingue
en mettant l’accent sur une démarche
thérapeutique capable de regarder la
souffrance en face.
Photo: Ici Télé «Soigner l’esprit» se distingue en mettant l’accent sur une démarche thérapeutique capable de regarder la souffrance en face.

Au jeune Alo de 18 ans en crise, l’humoriste et (encore jeune) scénariste montréalais Alo Azimov aimerait pouvoir dire, avant même de le prendre dans ses bras : « Mets fin à ta douleur, pas à ta vie ! » Ce faisant, celui qui a mis des années à trouver des façons plus humaines de vivre avec sa bipolarité résume en une phrase la force tranquille du documentaire Soigner l’esprit dans lequel Catherine Mullins cherche à dépasser les symptômes de la maladie mentale pour aller aux sources des souffrances qui la nourrissent.

La réalisatrice n’est pas tombée par hasard dans cet univers diffracté et déroutant ; ce film est d’abord né de sa volonté de mieux comprendre la maladie mentale de son fils. Cette quête, elle l’a menée en compagnie d’experts investis, mais surtout de deux humains fabuleux pour lesquels elle est tout oreilles : Alo et Myriam Anouk, qui lui racontent leur histoire avec une générosité émouvante. Tous deux partagent plus que leur lot d’hospitalisations et de rechutes qui les mèneront à chercher du soutien ailleurs que dans le modèle biologique et médical, sans le désavouer pour autant.

C’est justement grâce à cet équilibre fragile que Soigner l’esprit se distingue en mettant l’accent sur une démarche thérapeutique capable de regarder la souffrance en face. Ce faisant, Catherine Mullins rappelle la primauté des liens que tissent les humains entre eux, la bienveillance et l’écoute apparaissaient ici comme des vertus cardinales capables d’apaiser des souffrances qui crient leur détresse même quand on fait tout pour museler l’expression de leurs symptômes.

Soigner l’esprit

ICI Télé, à Doc Humanité, le samedi 15 mai, 22 h 30

À voir en vidéo