«Extra Life : A Short Story of Living Longer»: ce qu’il fallait pour vivre (longtemps)

PBS

Depuis plus d’un an, nous sommes beaucoup plus nombreux qu’avant à nous intéresser à l’histoire des pandémies et à la façon dont elles se sont terminées. La nouvelle série documentaire du journaliste et vulgarisateur scientifique américain Steven Johnson (How We Get to Now) risque de plaire à ces curieux, puisque chaque épisode explore l’histoire d’un des quatre facteurs principaux qui ont permis que l’espérance de vie globale ait plus que doublé depuis 1900 : la vaccination, le développement de médicaments, l’analyse des données populationnelles et l’essor de l’épidémiologie, et l’adoption de mesures de prévention par la population.

Pour dresser ce portrait d’un siècle (et un quart) qui a changé la face du monde, Johnson a fait appel à l’historien britannique David Olusoga, avec qui il échange par caméras interposées (ils sont chacun sur un continent, COVID oblige) sur la genèse et l’évolution de ces moyens d’endiguer les épidémies de maladies aux conséquences funestes, même les éradiquer.

Cette mise en perspective, qui déboulonne quelques mythes sur des découvertes d’importance — entre autres le développement de la pénicilline — trace, avec des intervenants qui suivent la pandémie de près (dont un certain Dr Fauci…), de nombreux parallèles fort à propos sur les façons dont ces connaissances du passé servent dans la lutte actuelle contre la COVID-19. On sort de ce passionnant panorama historique branché sur le présent un peu moins ignorant, et surtout convaincu de l’importance d’une démocratisation des savoirs scientifiques, pour le bien-être de tous.

 

Extra Life : A Short Story of Living Longer

PBS, les mardis, 20 h