«Genera+ion»: jeunesse qui se cherche

HBO Max

Les questions d’identité sexuelle se retrouvent au centre de nombreux récits d’apprentissage adolescents, très à la mode actuellement sur les grandes plateformes de visionnement. Elles sont le plus souvent abordées de façon respectueuse, même si le traitement flirte souvent avec la caricature…

Genera+ion, première incursion dans ce genre fort populaire par HBO Max, relayée ici par Crave, ne fait pas exception en plongeant rapidement dans le vif de ce sujet délicat, avec des sabots qui laissent craindre l pire, du moins dans ses premières minutes… On y suit la journée de Chester (Justice Smith, très juste) grand gaillard assumant complètement son identité queer, qui est réprimandé par les autorités de son école secondaire d’une chic banlieue californienne conservatrice, parce qu’il porte des habits trop courts et efféminés. La suite défait quelques clichés qu’on peut entretenir sur ce genre de personnage, entre autres grâce à l’intervention d’autres protagonistes, adultes et adolescents, en apparence tout aussi prévisibles, et qui se révèlent parfois l’être vraiment.

Le pilote de cette nouveauté, produite notamment par Lena Dunham (Girls) et créée par le cinéaste Daniel Barnz (Cake) et sa fille Zelda, dresse le portrait d’une demi-douzaine de personnages adolescents remplis de doutes, qui gagnent en profondeur et en complexité au fil des épisodes en nous présentant leur point de vue personnel de cette fameuse journée. Cette introduction efficace, faute d’être bien originale, donne envie de continuer à faire la connaissance de ces jeunes, qui constituent l’intérêt principal de cette production compétente, mais pas révolutionnaire.

Genera+ion (v.o. anglaise)

Crave, les trois premiers épisodes mis en ligne le 11 mars, puis les 18 et 25 mars. D’autres épisodes suivront au printemps.