«Project Hospital»: une cure amusante contre l’ennui

Le joueur est responsable d’un large éventail de départements, dans lesquels seront traitées des dizaines de maladies basées sur des affections du monde réel, suivant un processus de diagnostic détaillé.
Photo: Oxymoron Games Le joueur est responsable d’un large éventail de départements, dans lesquels seront traitées des dizaines de maladies basées sur des affections du monde réel, suivant un processus de diagnostic détaillé.

L’ambitieux premier titre du studio tchèque Oxymoron Games, Project Hospital, nous permet de construire et de gérer notre propre hôpital dans les moindres détails. Le joueur est responsable d’un large éventail de départements, dans lesquels seront traitées des dizaines de maladies basées sur des affections du monde réel, suivant un processus de diagnostic détaillé. Ce qui en fait, à notre avis, la meilleure simulation de gestion médicale de sa catégorie.

Chaque patient passe au triage avant d’être appelé par un médecin, qui l’interroge sur ses symptômes. Des examens plus approfondis permettent de formuler un diagnostic. Et le patient est enfin renvoyé à la maison avec sa prescription ou dirigé vers un autre département pour y recevoir des soins. On peut suivre le cheminement de n’importe quel patient et intervenir à toutes les étapes, en sélectionnant les tests à effectuer, en posant soi-même le diagnostic ou en prescrivant le traitement qu’on juge adéquat.

Project Hospital est remarquable de réalisme. Ce qui signifie aussi que sa courbe d’apprentissage est abrupte. Se familiariser avec le fonctionnement interne d’un centre hospitalier sera un défi stimulant pour certains, insurmontable pour d’autres. Si l’interface utilisateur fait une tentative admirable de simplification du flux de travail, il reste inévitable d’être dérouté par la quantité de sous-menus, onglets et fenêtres qui se chevauchent. On recommande vivement les didacticiels.

Cela dit, le volet « architecte » de Project Hospital recèle quelques irritants. On n’a rien à redire à propos de la généreuse sélection d’outils. On a même pu attribuer à chaque département sa palette de couleurs distincte, jusque sur les uniformes du personnel. Autant de repères visuels qui gagnent en valeur à mesure que grandissent les installations. Le problème vient plutôt d’un choix de conception qui brime la liberté et la créativité du joueur : chaque département doit avoir un ensemble prédéterminé de locaux pour être opérationnel.

Quant à la gestion du personnel, elle se résume à l’embauche et à la distribution des employés dans les quarts de jour et de nuit. On recrute sur la base de quatre catégories : médecins, infirmières, techniciens et concierges. Chaque employé a ses propres domaines de spécialisation et des traits de personnalité qui influenceront ses performances. C’est pas mal, mais on aurait souhaité davantage à ce niveau, comme un système de priorités dans leurs tâches ou la possibilité de déplacer du personnel d’un département vers un autre, au risque de nuire à la qualité des soins.

À noter que la plus récente mise à jour, intitulée « Maladies infectieuses », ajoute la COVID-19 à la liste des maladies possibles. On est déçu qu’aucune des campagnes offertes ne nous place d’emblée dans un tel scénario, d’ailleurs. De toute façon, Project Hospital est le plus agréable en mode « bac à sable », où l’on peut construire dans un environnement sans pression financière.

Project Hospital

★★★ 1/2

Développé et publié par Oxymoron Games. Offert pour PC (Steam).