​Sur vos écrans: des humeurs décortiquées et des vies racontées

Image tirée du documentaire «Gerry Roufs, toujours vivant»
Photo: Radio-Canada Image tirée du documentaire «Gerry Roufs, toujours vivant»

Comprendre (un peu mieux) nos humeurs

 

Après une année chargée en émotions fortes, certaines incontrôlables, cette série documentaire toute neuve pose un regard fort intéressant sur les sentiments humains. Voilà qui tombe à point pour nous aider à mieux comprendre  cette part « animale » que nous n’arrivons pas toujours à mater et avec laquelle nous avons parfois du mal à faire la paix. Avec un didactisme jamais pesant et nombre d’exemples éclairants, les quatre épisodes de cette production française font le portrait de l’état de la recherche en neurosciences sur nos émotions. Lesquelles ont une influence importante sur notre santé physique et mentale et avec lesquelles il faudrait, selon les spécialistes consultés, apprendre à nous réconcilier. Le premier épisode, diffusé au jour de l’An, donne de nombreuses raisons pour ne plus refouler nos humeurs et développer notre intelligence émotionnelle. Les épisodes suivants se penchent sur les innovations en matière de contrôle des émotions d’autrui, entre autres à travers la publicité et les réseaux sociaux, et en matière d’intelligence artificielle, de plus en plus « habile » à déchiffrer les sentiments humains.


La science des émotions
Planète+, les vendredis, 21 h, dès le 1er janvier

 

Après le naufrage

 

La neuvième édition du Vendée Globe bat son plein depuis le 8 novembre dernier. Cette course de voile autour du monde en solitaire, sans escale ni assistance, surnommée « l’Everest des mers » constitue sans doute le défi le plus difficile qui soit pour les navigateurs qui s’y risquent. Le seul Canadien qui a pris part à cette épreuve y a d’ailleurs laissé la vie, lors de l’édition 1996-1997. Ce court documentaire du journaliste sportif Robert Frosi revient sur la fin tragique de ce dernier, disparu en mer au sud du Chili. Ceux qui n’ont jamais entendu parler de Gerry Roufs resteront peut-être un peu sur leur faim, puisqu’on y esquisse à peine un portrait biographique de ce téméraire navigateur. Frosi semble plutôt s’adresser à ceux qui se souviennent de cet événement marquant de janvier 1997 en braquant les projecteurs sur celles qui restent, l’épouse et la fille de Roufs, qui ont eu du mal à faire leur deuil. Elles racontent cette disparition tragique, longtemps restée irrésolue, avec laquelle elles ont fini par faire la paix.


Gerry Roufs, toujours vivant
RDI, dimanche 27 décembre, 21 h 30 et Radio-Canada, dimanche 3 janvier, 13 h 30

 

Secrets de La petite maison dans la prairie

 

On apprenait la semaine dernière que le feuilleton américain des années 1970 et 1080 La petite maison dans la prairie aurait droit à une nouvelle incarnation télévisuelle moins jovialiste, plus près des romans jeunesse « autobiographiques » dont elle était inspirée. Les hasards de la programmation font que la chaîne publique américaine diffuse un portrait fort intéressant de son autrice, Laura Ingalls Wilder, personnage central de ces chroniques de la vie des pionniers de la « frontière » de l’Ouest américain, au lendemain de la guerre de Sécession. On apprend sans surprise que ces ouvrages fort populaires auprès de générations de jeunes lecteurs (et surtout lectrices…), publiés à partir de 1932, offraient une vision un peu idéalisée de son existence de fille de colon. De façon plus surprenante, on apprend qu’ils ont en grande partie été réécrits par la fille de l’écrivaine, la journaliste Rose Wilder Lane, qui fut d’ailleurs l’une des fondatrices du mouvement libertarien aux États-Unis. Le portrait biographique, riche des témoignages de spécialistes, mais aussi de lecteurs assidus de l’œuvre de Laura Ingalls Wilder, met en lumière ses aspects moins lumineux, en particulier le traitement peu flatteur réservé aux Autochtones et aux Afro-Américains, qui a été modifié au fil des rééditions.


American Masters : Laura Ingalls Wilder
PBS, mardi 29 décembre, 20 h

 

Un après-ski en Perfecto

 

​Plus de scène pour encore un temps ? Tant pis, qu’on leur apporte un téléski ! ​Freinée par la pandémie, la tournée Perfecto de Bleu Jeans Bleu trouve dans ce concert d’hiver chorégraphié un exutoire qui s’annonce proprement jubilatoire. Avec la superbe qu’on lui connaît, le quatuor du King de la danse en ligne a rassemblé des invités aux profils dépareillés dont le mélange promet : Matt Holubowski, Mélissa Bédard, KNLO, David Lefrançois et Nathalie Simard. Au sommet du mont Bromont, flanqués du quatuor à cordes Parasukov Quartet et entourés de danseurs, Claude Cobra et ses acolytes promettent 90 minutes de douce folie mixant rap autour du feu, tapis-école et tours de gondole.


Bleu Jeans Bleu en téléski
Télé-Québec, mercredi 30 décembre, à 20 h ; en reprise le 1er janvier 2021, à 22 h 35

Le visionnement de la semaine

Le tout dernier long métrage de l’actrice et cinéaste française Maïwenn (Polisse, Le bal des actrices) faisait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes annulé du printemps dernier et a eu droit à une carrière « écourtée » en salle cet automne dans l’Hexagone. Cette chronique familiale, mettant en vedette Fanny Ardant et Louis Garrel, dans laquelle la bouillante comédienne explore de façon fictive ses origines algériennes a reçu des critiques pour le moins contradictoires (certaines dithyrambiques, d’autres assassines…). Voici une occasion (en ligne) de se forger sa propre opinion…


ADN

Netflix, dès samedi 26 décembre