Sur vos écrans: comédies et histoires vraies

«On est ensemble» se veut un appel à la mobilisation, à l’entraide, à la générosité et à l’énergie puissante de la solidarité.
Photo: Netflix «On est ensemble» se veut un appel à la mobilisation, à l’entraide, à la générosité et à l’énergie puissante de la solidarité.

Couac, couac !

Chaque année, des dizaines de sculpteurs de canards compétitionnent pour la Coupe de l’Alberta du Nord. Dans ce concours qui réunit les meilleurs artisans au pays, « ne pas donner son maximum constitue une insulte ». Parmi les participants, qui ont tous un respect religieux pour le procédé, on trouve entre autres un couple composé d’une urgentologue et d’un néophyte un peu niais, un artiste anarchiste trop émotif et un doyen sans deuxième degré ni sens de l’autodérision qui prend ce passe-temps très, très, trop au sérieux. Accompagné par une p’tite musique joyeuse, ce « mocumentaire » en six courts épisodes mise sur des situations un brin absurdes, des protagonistes extrêmement investis et un humour plutôt canadien (« Ça ne pourrait pas être plus canadien que ça », remarque d’ailleurs le passionné de sculpture incarné par le Montréalais Rup Magon). Le tout est doublé d’un ton naïf, d’un style à la Parks and Rec et de confidences à la caméra façon The Office (le créateur David Pelech a d’ailleurs bossé par le passé avec Stephen Merchant, producteur de la série culte avec Steve Carell).


Decoy
CBC Gem, dès le 17 juillet
Photo: CBC Gem Une scène tirée du «mocumentaire» «Decoys»

Bébés acteurs

Judy Garland, Elizabeth Taylor, Natalie Wood, Jodie Foster, Drew Barrymore… les étoiles sur Hollywood boulevard de toutes ces stars qui le sont devenues enfants défilent dès l’ouverture. Réalisé par Alex Winter, qui a lui-même commencé à jouer bambin, ce documentaire de format classique regroupe néanmoins un nombre impressionnant d’intervenants. « La vie d’une gamine, ce n’était pas ma vie à moi », confie Diana Serra Carry, surnommée « Baby Peggy ». L’actrice, disparue le 24 février dernier à l’âge de 101 ans, raconte, images d’archives et coupures de journaux jaunies à l’appui, comment elle a entamé sa carrière à 2 ans, en 1920. « Je pensais que tous les enfants avaient travaillé, petits, pour leurs parents », lance-t-elle. L’ensemble, qui explore les côtés moins chouettes de la célébrité, regroupe notamment les confidences de Henry Thomas, alias « le petit gars dans E.T. » et de Milla Jovovich, qui se souvient à quel point elle détestait son métier à l’époque. On suit aussi une mère qui explique le processus des auditions que son fils passe et enchaîne, et se plaint du jugement des autres stage moms, ou mamans de scène, qui la trouvent trop permissive. De quoi tempérer les ambitions hollywoodiennes.


Showbiz Kids
Crave et HBO, dès le 14 juillet

Solidaires

« L’art a un rôle à jouer dans l’engagement. » Matthieu Chedid, alias M, fonde le collectif Lamomali pour enregistrer un « hymne à la solidarité ». Mandaté pour tourner le clip, le cinéaste Stéphane de Freitas décide d’en profiter pour aller à la rencontre de militants du monde entier. Il en tire ce documentaire qui se veut un appel à la mobilisation, à l’entraide, à la générosité et à « l’énergie puissante, communicative et vitale de la solidarité ». Un film qui tombe à point nommé en cette période qui semble manquer vivement de toutes les choses susmentionnées.


On est ensemble
Netflix, dès le 14 juillet

Piquantes ou antipathiques?

Marie-Josée Croze, Virginie Ledoyen et Axelle Laffont incarnent trois amies d’enfance qui vont draguer, danser et se divertir dans le sud de la France. Au passage, ces « MILF » autoproclamées tombent dans l’oeil de trois jeunes hommes. Sortie en 2018, cette comédie affiche une note de 4,8 sur 10 sur le site imdb. Au moment de sa présentation en salle, Femme actuelle a salué le côté « piquant » et le « culot » du film, déplorant néanmoins son manque de subtilité. Lui accordant la note d’une étoile, Le Parisien n’a pour sa part guère apprécié ses « personnages antipathiques ». À voir ?

MILF
Netflix, dès le 16 juillet