Autoportraits bouleversants

Dans chacun des 38 épisodes de «Fragments, des histoires à partager», des gens d’Amérique du Nord et de France racontent un événement qui est venu chambouler leur existence de façon plus ou moins permanente.
Photo: Télé-Québec Dans chacun des 38 épisodes de «Fragments, des histoires à partager», des gens d’Amérique du Nord et de France racontent un événement qui est venu chambouler leur existence de façon plus ou moins permanente.

Le cinéaste documentaire Danic Champoux (Mom et moi, La fille du cratère) a le don de faire des films déstabilisants, même quand ils sont tout simples. C’était le cas d’Autoportrait sans moi, un long métrage qui donnait la parole à une cinquantaine de personnes de divers horizons, qui se confiaient devant la caméra sur des sujets personnels et d’autres, plus drôles ou plus sérieux, le tout sur un décor minimaliste tout blanc. Fragments, des histoires à partager, une websérie produite par Urbania qu’il réalise, est dans la même veine, avec un décor tout aussi simple, noir cette fois.

Dans chacun des 38 épisodes de durées variables, des gens d’Amérique du Nord et de France racontent un événement qui est venu chambouler leur existence de façon plus ou moins permanente. Ça va de l’anecdote en apparence amusante, qui vient changer discrètement le cours d’une vie, à des récits de bouleversement complet de l’existence en un instant, ou presque.

Cette collection de témoignages sentis de quidams, à qui on a laissé le temps qu’il faut pour raconter leur histoire dans leurs mots, avec des hésitations et des silences révélateurs, sans artifices ni montage intempestif, se révèle d’une beauté unique et d’une profondeur comme on en voit peu dans des formats aussi courts (2 à 10 minutes). Du documentaire bref au long cours qui émeut, fait sourire, réfléchir, mais qui fait surtout du bien.

Fragments, des histoires à partager

Telequebec.tv, dès le 31 mars