Jour de lancement cahoteux pour le service Disney+

Photo: Richard Drew Archives Associated Press

Disney+ a fait son entrée au Canada mardi et s’inscrit dans le menu de plus en plus garni d’options de télévision, mais certains nouveaux abonnés ont déclaré avoir rencontré des problèmes techniques pour accéder à la plateforme de diffusion en continu.

Des Canadiens se sont plaints sur les médias sociaux de ne pas avoir pu s’inscrire au service, qui avait fait ses débuts quelques heures plus tôt. Certains ont publié des captures d’écran de messages d’erreur, incluant des personnages des films d’animation de Disney Wreck-It Ralph et Ralph Breaks the Internet.

D’autres utilisateurs dans plusieurs régions du Canada ont déclaré avoir reçu des messages d’erreur leur indiquant qu’ils vivaient en dehors des territoires où Disney+ était disponible. Un représentant de Disney a fourni une déclaration écrite, mais n’a pas abordé le problème technique spécifique.

« La demande des consommateurs pour Disney+ a dépassé nos attentes », a écrit le porte-parole Peter Pitino. « Nous sommes ravis de cette réponse incroyable et nous travaillons pour résoudre rapidement le problème actuel des utilisateurs. Nous vous remercions de votre patience. »

Le service de diffusion en continu du géant du divertissement comprend une vaste bibliothèque de titres Disney, incluant des dessins animés classiques comme Le Roi lion ou Pinocchio, ainsi que les films de Star Wars.

Mais il comprend également un certain nombre de sélections de la cinémathèque de la 20th Century Fox, acquise plus tôt cette année, notamment Never Been Kissed (Un baiser, enfin !) et The Sound of Music (La Mélodie du bonheur).

Par ailleurs, les titres Disney disponibles aux États-Unis ne peuvent pas tous être visionnés au Canada. Parmi les titres manquants dans la collection au Canada, on retrouve High School Musical 2, les séries télévisées X-Men : Evolution et les séries Marvel Runaways.

Au Canada, Disney+ coûte 8,99 $ par mois, ou 89,99 $ par an, pour une vaste sélection de films et d’émissions parmi les nombreuses marques de Disney, dont Pixar, Marvel et National Geographic. On y retrouve également des séries télévisées et des films originaux, y compris une reprise non animée de Lady and the Tramp (La Belle et le clochard). Les téléspectateurs peuvent découvrir le service avec un essai gratuit de sept jours.

Une série dérivée de Star Wars, The Mandalorian, figure parmi les titres les plus attendus de Disney+ — et elle a aussi connu des ratés à ses débuts. Certains téléspectateurs ont indiqué mardi qu’ils n’avaient pas pu lire l’épisode au début, alors que d’autres pouvaient entendre le son de la série, mais l’image était pixélisée.

Disney+ lance par ailleurs en Amérique du Nord son service sur presque tous les principaux appareils de télévision mobiles et connectés. Cela donnera aux téléspectateurs l’occasion de s’abonner s’ils utilisent des produits Apple, Google, Microsoft, Roku ou Sony.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.