«When they see us»: ils étaient cinq

La ligne entre fiction et réalité y est ultramince, s’appuyant sur des dialogues d’un naturel confondant, eux-mêmes portés par des comédiens d’une justesse pétrifiante.
Photo: Netflix La ligne entre fiction et réalité y est ultramince, s’appuyant sur des dialogues d’un naturel confondant, eux-mêmes portés par des comédiens d’une justesse pétrifiante.

New York, 1989. Cinq ados de Harlem de 14 à 16 ans sont accusés du viol brutal d’une joggeuse blanche. La bande, baptisée le Central Park Five, a été « attrapée » à la faveur d’une intervention policière visant à contenir une « meute de jeunes loups » se livrant à du wilding, une forme extrême de maraudage ayant pour but de terroriser les passants. Ils purgeront longuement leur peine avant d’être blanchis, en 2002. L’injustice a été décortiquée par le documentariste Ken Burns. La revoici revisitée par la fiction par Ava DuVernay, qui en fait un récit à la limite du supportable.

When They See Us reprend là où Burns a tranché avec son primé Central Park Five : dans le vif de l’injustice. Le récit qui est fait de cette chasse aux petits délinquants est froid, voire brutal. Impossible de rester de marbre devant un appareil policier et judiciaire déterminé à trouver des coupables, au mépris même de la vérité et des lois. La caméra, collée aux ados (quatre Noirs, un Latino, non liés) qu’elle filme souvent en plan serré dans leur intimité la plus nue, illustre la violence inouïe d’un système qui fait tout pour les rejeter dans la marge où ils sont confinés.

Produite par de gros cannons, dont Oprah Winfrey et Robert De Niro, la série affiche sans gêne son parti pris, tout en ne niant jamais la brutalité sans nom du crime commis ce soir-là (par un récidiviste ayant depuis admis son crime). La ligne entre fiction et réalité y est ultramince, s’appuyant sur des dialogues d’un naturel confondant, eux-mêmes portés par des comédiens d’une justesse pétrifiante, qui rendent l’écoute de cette minisérie de quatre épisodes encore plus oppressante.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

When They See Us

Sur Netflix, dès le 31 mai