Sur vos écrans: histoire, famille et narcotrafiquants

En six épisodes, le journaliste Pascal Evans raconte les origines, le développement et les périodes de «déclin» de cet hôtel mythique.
Photo: Wolrabp En six épisodes, le journaliste Pascal Evans raconte les origines, le développement et les périodes de «déclin» de cet hôtel mythique.

Iconique Château Frontenac
 

Sa silhouette sur le cap dominant la Vieille Capitale est devenue au fil du XXe siècle l’image de marque de la ville. Le Château Frontenac fête cette année le 125e anniversaire de son ouverture. C’est pourquoi son directeur général a proposé à la chaîne de Vidéotron d’ouvrir les portes de l’auguste institution pour la production d’une série documentaire consacrée à son histoire. Un défi que relève d’ailleurs avec panache MAtv, dont c’est la première série documentaire d’une telle envergure. En six épisodes, le journaliste Pascal Evans raconte les origines, le développement et les périodes de « déclin » de cet hôtel mythique, construit sur un lieu stratégique de l’histoire du Québec. Il est également question de son histoire gastronomique et de son importance politique, surtout durant la Seconde Guerre mondiale, et finalement de son avenir, dans une industrie touristique en mutation.

Cette histoire étonnamment passionnante profite de l’expertise d’historiens et de spécialistes, tous fort intéressants et aux propos éclairants, d’abondantes images d’archives et d’une réalisation efficace et sans fla-fla.


Iconique Château Frontenac  
MAtv, dimanche, 21 h 30
 


Une fille, un papa

 

Après la bande dessinée, le dessin animé. L’album #bébéatrice d’Éric Godin et Béatrice Lepage mettait en scène cette dernière en reine autoproclamée de sa maisonnée, où elle mène son PapaGuy par le bout du nez. Dans la version animée déclinée en une vingtaine de capsules de quelques minutes, Guy A. Lepage incarne son propre rôle, Élia St-Pierre prête sa voix à la jeune souveraine, tandis que Mélissa Desormeaux-Poulin, Guillaume Lambert et Muriel Dutil complètent la distribution familiale.


Bébéatrice
Tou.tv, dès mercredi


 


Paris « occulte »
 

Jean-Marc Léri est un historien de Paris passionné et, ma foi, passionnant à écouter, même si on a parfois l’impression qu’il nous mène en bateau dans cette série documentaire en trois épisodes qui décortiquent des mystères « mythiques » de l’histoire de la Ville Lumière : le « fantôme » de l’opéra Garnier, les secrets des templiers, l’alchimiste Nicolas Flamel, les empoisonnements nombreux au XVIIe siècle, l’engouement pour le spiritisme au XIXe siècle. Heureusement, la raison finit toujours par l’emporter. Une série divertissante et bien tournée.


Paris mystères
TV5, lundi, 20 h

Visionnement en continu de la semaine

Après avoir sondé les cartels de Medellín et de Cali, voici que les artisans de la série Narcos braquent leur impitoyable caméra sur le cartel de Guadalajara dans Narcos : Mexico. De la Colombie au Mexique, nous voici propulsés dans les années 1980, à l’orée d’une nouvelle guerre de la drogue. Ce spin-off s’ouvre sur une énergie féroce qui n’a rien à envier à la série-culte. Reste à savoir si le tango entre le trafiquant Félix Gallardo et l’agent de la DEA Enrique « Kiki » Camarena aura la superbe du pas de deux qui a opposé le charismatique Pablo Escobar, puis l’impétueux Gilberto Rodríguez Orejuela, au craquant agent Javier Peña. Baveux à souhait, Diego Luna incarne le premier tandis que Michael Peña (d’un Peña à l’autre, ça ne s’invente pas !) se glisse dans la peau du second.

Narcos : Mexico
Netflix, dès vendredi

Le «chum» à Chabot, de la scène au petit écran

Le personnage pas trop futé, ignorant, mais attachant, qui veut se prendre en main, créé sur scène par Fabien Cloutier dans ses deux solos Scotstown et Cranbourne, aboutit avec un prénom au petit écran. Dans cette comédie en 12 épisodes, Cloutier reprend ce rôle qu’il a incarné sur les scènes de la province et partage l’écran avec Anne Dorval, Marc Labrèche, Julien Poulin et Steve Laplante dans le rôle du fameux Chabot.

Léo
Club Illico, dès jeudi