Cate Blanchett couronnée meilleure actrice à la 79e Mostra de Venise

À 53 ans, l’actrice connue pour son engagement féministe livre une performance marmoréenne dans «Tár», qui évoque les questionnements contemporains sur l’identité, l’abus de pouvoir, ou la «cancel culture». 
Photo: Joel C Ryan Invision via Associated Press À 53 ans, l’actrice connue pour son engagement féministe livre une performance marmoréenne dans «Tár», qui évoque les questionnements contemporains sur l’identité, l’abus de pouvoir, ou la «cancel culture». 

Cate Blanchett, actrice et militante féministe habituée des jurys et des palmarès, est une interprète polymorphe, capable de jouer aussi bien une princesse elfe, Bob Dylan qu’une célèbre cheffe d’orchestre, rôle qui lui vaut un deuxième prix d’interprétation à Venise.

À 53 ans, l’actrice australienne a reçu samedi soir sur le Lido sa deuxième Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine en personnage ivre de pouvoir dans Tár, de Todd Field.

Cette grande blonde, au visage diaphane, livre une performance marmoréenne dans ce drame qui évoque les questionnements sur l’identité ou la « cancel culture ». Elle y joue une cheffe d’orchestre ultra-célèbre, en couple avec une violoniste de son orchestre, qui va être rattrapée par son passé.

Un rôle qui porte un regard complexe sur la dénonciation du harcèlement ou l’abus de pouvoir par des femmes sur leurs subordonnées, et fait écho aux engagements de l’artiste.

Quinze ans avant ce rôle d’artiste, elle avait déjà remporté le prix à Venise pour I’m not There de Todd Haynes, où elle incarnait, franchissant la frontière du genre, un autre musicien, Bob Dylan.

Ces prix s’ajoutent à un tableau de chasse bien rempli pour l’actrice que le grand public a découvert dans le rôle de la reine d’Angleterre Élisabeth Ire (Elizabeth puis Elizabeth : l’âge d’or).

Celle qui a été deux fois oscarisée a su montrer qu’elle pouvait tout jouer, se métamorphosant d’un rôle à l’autre.

N’hésitant pas à prendre des risques, elle fut aussi bien Katharine Hepburn, dans L’Aviateur, que l’héroïne elfe Galadriel, dans Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson.

Et elle a encore prouvé son talent comique plus récemment dans la comédie satirique Don’t look up !, où elle jouait une présentatrice télé insensible à la collision d’une comète avec la Terre.

Cause féministe

 

Au-delà de ses rôles, Cate Blanchett est une militante engagée de la cause féministe, devenue avec #MeToo une figure de la lutte contre le harcèlement sexuel.

Son militantisme l’a cependant placée aux premières lignes lorsqu’elle fut présidente du jury à Cannes en 2018, où elle avait protesté contre la sous-représentation des femmes dans les palmarès, puis à Venise en 2020.

Elle a fait aussi partie, avec Natalie Portman ou Meryl Streep, du collectif à Hollywood qui a lancé la fondation « Time’s Up » pour aider les victimes de harcèlement sexuel.

Un engagement qui ne doit toutefois pas se confondre avec ses personnages : « Je ne vois pas la pratique artistique comme un outil éducatif », a-t-elle déclaré à Venise.

« L’agit-prop ne m’intéresse pas », a-t-elle ajouté, estimant que la place des actrices dans l’industrie du cinéma avait nettement progressé ces dernières années mais continuait de se heurter au manque de rôles principaux forts.

Née et élevée à Melbourne, dans le sud-est de l’Australie, Cate Blanchett a 10 ans à la mort de son père, un chef d’entreprise américain qui succombe à une crise cardiaque. Les Blanchett, confiera-t-elle, mangent alors de la vache enragée.

Le salut passera par le théâtre. Diplômée de l’Institut national d’art dramatique en 1992, elle obtient rapidement des succès publics et critiques au sein de la Sydney Theatre Company, avant de se lancer dans le cinéma.

En 1999, elle obtient un Golden Globe pour le film Elizabeth de Shekhar Kapur, son premier grand rôle d’envergure internationale. Elle est à l’affiche la même année de L’Énigmatique M. Ripley d’Anthony Minghella.

Devenue célèbre, elle joue ensuite dans la trilogie à succès du Seigneur des anneaux, son plus gros succès au box-office, avant de remporter en 2005 l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour L’Aviateur de Martin Scorsese.

Au tournant des années 2010, elle se consacre davantage au théâtre avec le père de ses quatre enfants, Andrew Upton. Elle devient de 2009 à 2013 la directrice artistique de la Sydney Theatre Company.

Son rôle de bourgeoise déchue glissant vers la folie dans Jasmine French de Woody Allen marque son grand retour dans les salles obscures, et lui vaut un deuxième Oscar, celui de la meilleure actrice, en 2014.

 

Elle fit également sensation à Cannes en 2015 avec Carol, romance lesbienne de Todd Haynes.

À voir en vidéo