Le film de Pascal Plante sous étiquette cannoise

Le réalisateur Pascal Plante, dont le deuxième film «Nadia, Butterfly» sera en compétition à Cannes
Photo: Adil Boukind Le Devoir Le réalisateur Pascal Plante, dont le deuxième film «Nadia, Butterfly» sera en compétition à Cannes

Pascal aurait été le seul cinéaste québécois et canadien à voir son film Nadia, Butterfly, atterrir en Sélection officielle au 73e Festival de Cannes, annulé pour cause de pandémie. Et il n’en est pas peu fier. L’annonce en a été faite mercredi par Thierry Frémaux, le délégué général du Festival, et Pierre Lescure, son président, qui dévoilaient mercredi les titres retenus, afin d’y apposer le sceau de Cannes pour leurs futurs lancements en salles, en festivals ou sur tribunes numériques.

Privé de baptême de Croisette, Pascal Plante aborde le destin de son œuvre avec le sourire : « Il y a quelque chose de l’ordre du mythe à Cannes, expliquait-il en entrevue au Devoir. Je remercie le festival d’avoir dévoilé sa sélection et de mettre son label sur mon film. C’est un coup de pouce extraordinaire. Le voici sur les radars. » Le cinéaste espère — qui sait ? — le voir retenu dans un grand rendez-vous automnal, comme Venise et Toronto, s’ils ont lieu.

Dans Nadia, Butterfly, il aborde la nage de haut niveau et met en scène Katerine Savard, médaillée de bronze à Rio, aux côtés d’Ariane Mainville, autre médaillée olympique, et du comédien Pierre-Yves Cardinal.

« Je voulais dès le départ travailler avec de vraies nageuses olympiques, dit-il. Leurs sacrifices sont tatoués à même leurs corps et elles peuvent exécuter les prouesses requises, ce qui m’a permis de beaucoup tourner en plan-séquence. On a traité nos interprètes nageuses comme de vraies actrices. Rien ne sonne faux. Elles sont dans l’émotion brute. »

Rappelons que Pascal Plante, qui a étudié le cinéma à Concordia, lui-même ancien nageur de compétition, s’était fait connaître avec son premier long métrage Les faux tatouages, sur fond de musique et de coup de foudre, lancé dans la section Génération à la Berlinale de 2018. Côté courts métrages, son Blonde aux yeux bleus aura été primé au Festival de Vancouver en 2015, et Nonna et Black Beat lancé à Slamdance.

« Comme cinéphile et comme ancien nageur, je voulais traiter cette fois la psychologie d’athlète de façon nuancée, faire le film que je ne voyais pas au cinéma et qui me manquait. La natation, pourtant très cinématographique, est la mal-aimée du film de fiction », estime-t-il.

Quête d’identité, stress, virées nocturnes, le monde du sport de haut niveau y est présenté avec son poids de sacrifices et de dérapages. Le milieu olympique canadien avait mis la main à la pâte dès l’étape du scénario, dont Hillary Caldwell, médaillée à Vancouver, et Sandrine Mainville, médaillée à Rio.

Tourné à Montréal et à Tokyo (5 jours), produit par Dominique Dussault de Némésis Films, Nadia, Butterfly met fictivement en scène les Jeux olympiques de 2020 dans la capitale nipponne — lesquels ont depuis été annulés à cause du coronavirus.

« Le film se déroule à Tokyo, ajoute le cinéaste, et on a eu accès aux installations déjà bâties là-bas. Comme le Village olympique. Sinon, on a trouvé des sites à Montréal. Il y a des scènes sous-marines, des effets numériques. »

Chantal Plante, qui distribuera le film si possible à l’automne pour Maison 4:3, à moins d’une seconde vague de COVID-19, se disait aussi bien excitée : « À cause de sa sélection à Cannes, sa visibilité sera plus grande, dans les festivals d’automne peut-être, mais aussi dans les salles en plusieurs copies, car il ne peut se passer des cinémas. On veut travailler avec les associations sportives pour son lancement. Le film est dans la continuité des Faux tatouages. Pascal possède une vraie signature d’auteur et mérite cette reconnaissance. »

Comme cinéphile et comme ancien nageur, je voulais traiter cette fois la psychologie d’athlète de façon nuancée, faire le film que je ne voyais pas au cinéma et qui me manquait. La natation, pourtant très cinématographique, est la mal-aimée du film de fiction

Alléchante sélection fantôme

Cette Sélection officielle cannoise fantôme de 56 films (excluant les productions reconduites l’an prochain comme Benedetta de Paul Verhoeven) paraît alléchante et novatrice. Des ténors, mais aussi plusieurs réalisatrices (16), des nouveaux venus (15 premiers longs métrages), une place importante offerte aux films de genre, à la comédie et au documentaire : ça aurait été bien.

« Il n’a jamais été question d’annuler », assurait Thierry Frémaux, qui voulait faire vivre son festival de façon différente. Il a laissé tomber les différentes sections : Compétition, Un certain regard, Séances spéciales, etc. pour ne pas créer de hiérarchies en cette cuvée particulière. On ignore à quelle enseigne le film de Pascal Plante aurait été logé.

Parmi les gros morceaux, Été 85, œuvre intimiste du Français François Ozon, The French Dispatch de l’Américain Wes Anderson avec Benicio del Toro et Léa Seydoux, deux films du grand cinéaste britannique Steve McQueen sur la condition noire : Lovers Rock et Mangrove.

Dans ADN, l’actrice et cinéaste française Maïwenn renoue avec ses racines algériennes. Dans Druck (Another Round), du Danois Thomas Vinterberg, Mads Mikkelsen vit une crise de la cinquantaine.

Ajoutez la présence de la dystopie Last Words de l’Américain Jonathan Nossiter, Des hommes du Belge Lucas Belvaux, sur les anciens combattants de la guerre d’Algérie, True Mothers de la Japonaise Naomi Kawase, El olvido que queremos de l’Espagnol Fernando Trueba. La Corée du Sud, qui a le vent dans les voiles, est bien représentée avec To the land of Happiness d’Im Sang-soo et Peninsula de Yeon Sang-ho.

Tous ces films et bien d’autres sortiront donc sous l’égide de la palme qui leur permettra de rayonner, faute de Croisette et de palmarès en cette année de virus qui paralysa le plus grand festival du monde, comme bien des petits.

À voir en vidéo