Les derniers vilains

Derrière ses artifices et ses outrances, la lutte est d’abord une compétition sportive, mais aussi un véritable phénomène culturel. Au Québec, même ceux que la chose indiffère (vous pouvez m’inclure dans ce groupe) connaissent la célèbre famille Vachon, tout particulièrement Maurice « Mad Dog », et Paul « The Butcher » : le premier n’est plus de ce monde, et le second repousse encore la mort, même affaibli. À travers la vie tumultueuse et extravagante de Paul, le cinéaste Thomas Rinfret nous fait découvrir cet univers où le vrai et le faux se font la lutte, un monde de saltimbanques où certains ont connu la gloire, d’autres la misère, parfois même un destin tragique. Ce clan en a vécu plusieurs, mais sur la route, dans les foires ou les rassemblements d’anciens lutteurs, celui qui s’est surtout battu pour concrétiser ses rêves de grand voyageur apparaît ici en véritable héros de cinéma. Conteur exceptionnel, un brin mythomane, mais d’une vulnérabilité émouvante capable de faire craquer les sceptiques.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Les derniers vilains

★★★ 1/2

Documentaire de Thomas Rinfret. Québec, 2019, 94 min.