Coup de cœur et coup de gueule en direct de la Croisette

Le réalisateur Pedro Almodovar (à droite) et l'acteur Antonio Banderas lors d'une conférence de presse, le 18 mai 2019.
Photo: Laurent Emmanuel Agence France-Presse Le réalisateur Pedro Almodovar (à droite) et l'acteur Antonio Banderas lors d'une conférence de presse, le 18 mai 2019.

Coup de cœur : Almodovar à son sommet

Chapeau au merveilleux film somme de Pedro Almodovar Douleur et gloire, qui reçoit globalement un accueil enthousiaste ici. Cette histoire d’un cinéaste vieillissant et malade (Antonio Banderas), jouant sur le film des souvenirs, des regrets et des lendemains possibles a des relents autobiographiques, mais le cinéaste espagnol a tranché en conférence de presse : « Il y a beaucoup de fiction dans ce film. Ce n’est pas un récit littéral de ma vie, mais tout ce qui arrive à Salvador Mallo aurait pu m’arriver. D’ailleurs c’est le cas sur certaines choses… »

Coup de gueule : la controverse autour de la Palme d’honneur à Delon

Le Festival a dû encore expliquer sa position à l’heure où des pétitions circulent pour réclamer le retrait de la Palme honorifique à Delon ce dimanche pour ses propos misogynes et homophobes. On ne partage pas ses idées d’extrême droite, mais toute cette polémique s’attaque à son droit d’avoir ces opinions-là. Il n’a ni tué, ni violé. Son ego est surdimensionné, certes, mais c’est son droit de s’exprimer qui est attaqué ici. Il s’agit d’un prix de carrière à l’acteur d’Antonioni et de Visconti et basta ! Sinon, on n’en sort plus.

Odile Tremblay est l’invitée du Festival de Cannes.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.