Le chaînon manquant (V.F. de Missing Link)

Orfèvre du stop-motion, le studio Laika est de retour avec un tour du globe qui se déploie dans l’effervescence de l’époque victorienne. Les créateurs de Coraline et de ParaNorman ont repoussé d’un cran leur maestria technique, ce Chaînon manquant s’avérant un pur délice pour les sens malgré une quête ronflante cousue de fil blanc et des blagues qui tombent à plat la moitié du temps. Tranchant avec la noirceur décalée de ses précédentes productions, le studio s’est forgé un trio solaire croisant un sasquatch cultivé, le M. Chaînon du titre, un explorateur britannique ambitieux, sir Lionel Frost, et une aventurière sans peur ni reproche, Adelina Fortnight. Paradoxalement, c’est par celui qu’on qualifie d’abord de « primitif » qu’une certaine profondeur finira par émerger des beaux discours sur l’évolution des uns et l’émancipation des autres.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Le chaînon manquant (V.F. de Missing Link)

★★★ 1/2

Animation du studio Laika réalisée par Chris Butler. Scénario : Chris Butler. États-Unis, 2019, 95 minutes.