Willem Dafoe dans un grand film testamentaire

Photo: Loic Venance Agence France-Presse Avec son visage asymétrique, son regard ambigu, Willem Dafoe hérite souvent des rôles troubles, à la frontière des émotions.
En fin de semaine dernière, le FFM accueillait un autre invité de marque : l’Américain Willem Dafoe. Avec son visage asymétrique, son regard ambigu, il hérite souvent des rôles troubles, à la frontière des émotions.

Celui qui joua Jésus dans La dernière tentation du Christ, de Scorsese, l’acteur du Patient anglais, de Minghella, et d’Antichrist, de Lars Von Trier, se surpassait dans un grand film de la compétition du FFM, My Hindu Friend, du Brésilien Hector Babenco. Le cinéaste du Baiser de la femme araignée et de Pixote est mort en juillet dernier. Mêlant évocations de sa longue maladie et passages fictifs, il a demandé à Dafoe, la tête rasée et amaigri pour le rôle, de jouer son alter ego. Il est admirable dans ce rôle de traversée d’épreuves, et la dernière séquence sur Singing in the Rain chanté par Gene Kelly constitue un moment d’anthologie, servie par la danse de la bombe brésilienne Barbara Paz, épouse de Babenco.

« C’est un film autobiographique », a précisé l’acteur, ajoutant que Babenco était tour à tour très précis puis laxiste dans sa direction. « C’est avant tout l’histoire d’un homme qui aime la vie, mais le plus intéressant fut de l’incarner quand il se bat après avoir prétendu être en santé. Jouer un alter ego est très puissant. »

Que cela se passe bien ou non sur un plateau n’a pas selon lui d’incidence sur le résultat final : « Les meilleurs de nos films ont été soit les plus agréables à jouer, soit les pires. On tournait My Hindu Friend dans des zones difficiles de violence urbaine à São Paulo, où je devais dépasser mes peurs. »

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Consultez la suite du dossier