Québec octroie cinq millions pour des spectacles d’été

L’enveloppe  servira à l’exploration de  nouvelles  manières  de présenter des œuvres dans le contexte pandémique.  Ici, une scène du projet  Berce-moi  sur les quais portneuvois.
Denis Baribault Les incomplètes L’enveloppe servira à l’exploration de nouvelles manières de présenter des œuvres dans le contexte pandémique. Ici, une scène du projet Berce-moi sur les quais portneuvois.

L’un des « programmes spéciaux COVID-19 » du Conseil des arts et des lettres du Québec revient une seconde fois cet été. La ministre de la Culture, Nathalie Roy, a en effet doté d’une nouvelle somme de 5 millions de dollars la mesure Présentation de spectacles en distanciation physique, comme l’a appris Le Devoir.

L’enveloppe financière servira, encore, à explorer de nouvelles manières de présenter des œuvres dans le contexte pandémique. Des spectacles en extérieur, dans les parcs, dans les forêts ou dans des stationnements de CHSLD, par exemple.

L’an dernier, 127 projets en cirque, en musique, en théâtre, en danse, en littérature, en conte et en chanson étaient ainsi nés des 5,7 millions de dollars alors octroyés, comme l’a rappelé le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Au total, 116 organismes en avaient bénéficié.

« Que ce soit pour la création d’un parcours déambulatoire, pour la diffusion d’un spectacle extérieur ou pour la présentation d’une lecture publique, les organismes étaient invités à explorer des paramètres non traditionnels de diffusion de l’art vivant », explique la directrice des communications, Honorine Youmbissi.

« En ces temps incertains, il est difficile pour le public de renouer pleinement avec les artistes de la scène et les œuvres qui nous font tant de bien », souligne la ministre Nathalie Roy par voie de communiqué. À Portneuf, dans le cadre de ce programme, Les Incomplètes avaient en 2020 investi le parc naturel régional avec des microperformances et des installations, composant une déambulation ponctuée de berceuses, de bercements et de berçantes. L’Orchestre symphonique de Longueuil était venu jouer sous les balcons de personnes âgées en résidence. De son côté, le cirque Eloize a présenté Maître-Nageur au parc Jean-Drapeau.

Contourner les embûches

L’initiative, souligne encore la ministre de la Culture, « permet aux diffuseurs, aux créateurs et aux travailleurs de la culture de déployer toute l’ingéniosité dont ils sont capables pour contourner les embûches semées par la pandémie ». Pourtant, l’an dernier, quelques projets ainsi financés n’avaient pu être réalisés, confirme le CALQ, à cause de restrictions des normes sanitaires. Actuellement, dans les régions en zone rouge, les attroupements extérieurs de plus de huit personnes sont interdits.

Les artistes peuvent-ils tout de même penser des spectacles, dehors, pour davantage de spectateurs ? Faudrait-il alors, comme dans les théâtres, baliser la circulation du public ?

Le projet présenté doit respecter les normes en vigueur au moment où il est présenté, précise Mme Youmbissi. Si les restrictions deviennent plus sévères avant la représentation, « il demeure de la responsabilité du demandeur de s’assurer que le projet respecte les normes sanitaires en vigueur pour les équipes artistiques et le public ».

À voir en vidéo