Les flâneurs

Illustration: Le Devoir
Dominic Tardif 

Promeneuse qui avez du chien

La promeneuse sur Mars de la chanson d’Offenbach avait un chien. Valérie Lefebvre-Faucher, elle, a beaucoup de flair. « Je suis toujours étonnée de croiser ceux qui ne marchent que sur les grands boulevards », écrit-elle dans Promenade sur Marx (Éditions du remue-ménage), vivifiant éloge des femmes que l’on rencontre lorsque l’on emprunte les ruelles de l’histoire de la pensée. Des femmes comme Jenny, Jennychen, Laura ou Eleanor Marx, épouse et filles d’un certain Karl, ayant toutes contribué à son œuvre, malgré ce que la postérité en a (pas) retenu.


Odile Tremblay

Gloire au poète du papier!

Le délicieux documentaire de Tanya Lapointe Lafortune en papier, plébiscité et primé au dernier Festival du film de Whistler, est un enchantement. En accompagnant le sculpteur du papier Claude Lafortune (mort en avril dernier) en son dernier parcours, l’ancienne journaliste avance avec sensibilité dans un univers de poésie pure. Le profil de grâce et d’humilité du créateur de L’Évangile en papier, au génie longtemps méconnu, serre le cœur et éblouit tout à la fois. À voir sur la plateforme des cinémas Beaubien et du Parc.


François Lévesque 

Criterion célèbre Jane Fonda

Jusqu’à la fin janvier, Criterion Channel célèbre, en diversité, la carrière foisonnante de Jane Fonda. Des œuvres célèbres, comme Klute (Alan J. Pakula, 1971), qui lui valut son premier Oscar, côtoient des titres moins connus mais fort intéressants comme A Dolls House (Joseph Losey, 1973). Sans oublier les cultes Barbarella (Roger Vadim, 1968) et Histoires extraordinaires (Vadim, Louis Malle, Federico Fellini, 1968) et le doublé militant Letter to Jane et Tout va bien (Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin, 1972)… Quatorze titres en tout à criterionchannel.com.


Catherine Lalonde

La cuisine des suffragettes

Il faut prendre les hommes par le ventre, dit le credo ; et les suffragettes l’ont appliqué. Le livre de recettes leur servait à faire avancer la cause (liée souvent au végétarisme) et à lever des fonds. La cuisine des suffragettes (Marchand de feuilles) remet à jour un de ces livres de 105 ans, dressant aussi le portrait (trop succinct) de quelques-unes des pionnières du droit de vote. Certaines recettes intriguent (la Dinde de noix, le Pain à l’hymen), la plupart datent moins que celles de La cuisine raisonnée. On aurait aimé la part essai, de loin la meilleure, beaucoup plus copieuse, pour rester moins sur notre faim.