Kenzo Takada: le plus grand prénom de la mode s’éteint

Kenzo Takada a imposé son style graphique et floral mélangeant les influences de l’Extrême-Orient, de la France et de l’Afrique.
Photo: Joel Saget Agence France-Presse Kenzo Takada a imposé son style graphique et floral mélangeant les influences de l’Extrême-Orient, de la France et de l’Afrique.

Le monde de la mode a perdu dimanche, en pleine Semaine de la mode parisienne, une de ses légendes : le Japonais Kenzo est décédé à 81 ans des suites de la COVID-19, après une longue carrière en France où il a imposé son style graphique et floral. Kenzo Takada était le premier styliste japonais à s’être imposé à Paris, où il a fait toute sa carrière et a rendu célèbre son prénom.

« Je pense avoir apporté la liberté dans la mode, dans la manière de porter les vêtements, de bouger dedans, des couleurs. La femme Kenzo est une femme libre, jolie et dynamique », confiait encore récemment le créateur à l’AFP.

Lui qui avait vendu en 1993 sa marque de vêtements au géant LVMH et s’était retiré de la mode six ans plus tard restera connu pour son attachement à la couleur et sa déclinaison à l’infini du métissage, pas seulement de l’Extrême-Orient et de la France, mais aussi de l’Afrique.

« Kenzo Takada s’est éteint le dimanche 4 octobre 2020 à l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine des suites de la COVID-19 », a indiqué un porte-parole dans un communiqué dimanche, alors que se tient la Semaine de la mode parisienne.

Né le 27 février 1939 à Himeji, près d’Osaka, Kenzo Takada se passionne pour le dessin et pour la couture, enseignée à ses sœurs. Il arrive en France en 1965, par bateau dans le port de Marseille, et monte vers Paris, qui le fascine. Lui qui pensait n’être que de passage s’y installe définitivement.

Sa première collection date de 1970, conçue depuis une boutique de la galerie Vivienne. Il déménage en 1976 vers un lieu plus grand, place des Victoires, et fonde sa marque sous son seul prénom.

Sa première ligne pour hommes date de 1983, son premier parfum (Kenzo Kenzo) de 1988. En 1993, la griffe est rachetée par le groupe de luxe LVMH. Kenzo Takada quitte la mode en 1999, pour des projets plus ponctuels. Avec ses « près de huit mille dessins », le créateur japonais « n’a jamais cessé de célébrer la mode et l’art de vivre », a indiqué son porte-parole.

L’annonce de son décès a provoqué des réactions émues, comme celle de la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, qui a fait part, sur Twitter, de son « immense tristesse ». « Créateur avec un talent immense, il avait donné à la couleur et à la lumière toute leur place dans la mode. Paris pleure aujourd’hui un de ses fils. »

« Large sourire, yeux éternellement rieurs encadrés de lunettes rondes, Kenzo Takada incarne la joie de vivre. Au fil du temps, cette dernière est même devenue son fil créatif, se traduisant par l’association — et même fusion — de couleurs, de motifs à la fois animaliers, floraux et géométriques qui rendent son style si personnel », a écrit pour lui rendre hommage K-3, la marque consacrée à l’art de vivre qu’il avait lancée en début d’année.