Les flâneuses

Illustration: Le Devoir
Caroline Montpetit

Wuhan comme si vous y étiez

C’est en écrivain qu’Alexandre Labruffe, qui y est aussi attaché culturel pour la France, aborde la Chine. Cette Chine, qu’il raconte dans son récit Un hiver à Wuhan (Gallimard), il la connaît depuis une décennie. C’est une Chine inquiétante, à la fois burlesque et sordide, obsédée de la surveillance et de la performance commerciale, une « bombe à retardement » tant psychologique que sanitaire et environnementale. À la fois fasciné et terrifié, diverti et hanté par cette puissance mondiale, il la livre sous une plume poétique et ironique, sans réserve et sans complexe.


Odile Tremblay

Une fable d’aujourd’hui

À lire : le poétique et pertinent Animal inc. c. Adam & Ève, de Philipe-Daniel Clément, aux Éditions du wampum. Ce petit ouvrage plein de charme et d’acuité envoie à la barre des témoins autant le soleil que la terre, le maïs, la mangouste et autres bêtes, végétaux, rocs et eau au procès des humains accusés de détruire l’habitat collectif. Et les arguments affûtés d’Adam et Ève ne feront guère le poids face à la grogne qui monte. Cette charge humoristique fait plus que bien des essais savants pour démontrer à quel point l’humanité creuse sa tombe et celle des autres sur la Terre qu’elle s’obstine à ravager.


Louise-Maude Rioux Soucy

Des vies suspendues

C’est par un portrait bicéphale que la documentariste Marlene Edoyan raconte le lourd tribut que continuent de payer les populations déchirées par la guerre, longtemps après que les armes se sont tues. Son généreux (et bavard) La mer entre nous s’enracine dans un Beyrouth encore à vif, un quart de siècle après la fin de la guerre civile, s’attachant au quotidien aux antipodes de deux femmes fortes en gueule, en cœur et en idées, les merveilleuses Hayat Fakhereldine et Wafaa Khayrallah. Une puissante leçon d’empathie et de pardon, en ligne sur les plateformes des cinémas du Parc et Le Clap.


Manon Dumais

Lettres queer

Grâce à ses deux romans, Tu aimeras ce que tu as tué et Querelle de Roberval (Héliotrope, 2017 et 2018), Kevin Lambert est devenu un incontournable de la littérature québécoise et une figure de proue de la littérature queer. Si vous ne le connaissez pas encore, découvrez-le sans tarder dans le nouveau numéro de Lettres québécoises qui lui consacre un dossier. En plus d’y signer un autoportrait, le natif de Chicoutimi a dirigé avec la complicité de Nicholas Giguère le dossier Écrire queer, où l’on retrouve des textes de Michel-Marc Bouchard, Gabrielle Boulianne-Tremblay et Olga Duhamel-Noyer.