Les flâneurs

Illustration: Le Devoir
Olivier Sylvestre 

Allergies très, très sévères

Et je trouvais mes allergies saisonnières désagréables… Le pauvre Harold a droit à un tout autre sort. C’est que cet extraterrestre col blanc n’a pas comme nous la larme à l’œil : les allergènes lui font plutôt projeter un laser dévastateur partout où il pose son regard. Conçu en 48 heures par le Brésilien Danilo Freire, le jeu de tir (involontaire) avec vue d’en haut Laser Guy se joue comme un casse-tête. Au travers d’une série d’étages meublés de cubicules, on doit faire naviguer Harold jusqu’à l’infirmerie en tâchant bien de ne pulvériser aucun de ses collègues. Drôlement bien fichu, c’est à télécharger sur Itch.io.


Katia Tobar

En route vers Izmir

Un train, deux cœurs brisés à bord d’un même wagon, un voyage de 14 heures vers Izmir (Turquie). Elle est désenchantée, impulsive, habitée par l’urgence de vivre de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Il est curieux, un peu naïf, amoureux de l’idée d’aimer, et vit dans la peur de mourir. La rencontre au cœur du film turc au rythme lent Yarina Tek Bilet (Aller simple pour demain), réalisé par Ozan Açiktan, agira comme un électrochoc pour Leyla et Ali, qui, au fil de leur discussion, verront leurs espoirs se briser et des rêves renaître dans un pays où l’amour hors mariage est balisé. À écouter en V.O. sur Netflix !


Philippe Papineau

Nouvelle génération désenchantée

L’autrice-compositrice-interprète Rosie Valland a fait paraître cette semaine une reprise de la célèbre pièce Désenchantée, de Mylène Farmer. Trente ans après sa création, il est étrange de réentendre ce morceau dans un écrin musical fort différent, lent, syncopé et texturé, loin de sa version originale qui a fait rugir plusieurs générations sur les pistes de danse. Ce sont aussi les mots, autour d’une génération désenchantée, qui reprennent une dose de sens dans cette étrange année 2020. On dirait que tout peut passer dans le filtre de cette chanson. Et ça donne envie de se battre pour que tout ne soit pas K.-O.


Manon Dumais

Inédite Nin

Élégamment traduit par Agnès Desarthe, L’intemporalité perdue et autres nouvelles (Nil) regroupe des récits de jeunesse inédits d’Anaïs Nin, écrits entre 1929 et 1931. De sa plume exquise, avec un soupçon d’onirisme et un zeste de surréalisme, elle nous transporte dans le Paris des années jazz où évoluent aspirants écrivains, peintres en panne d’inspiration, sensuelles danseuses de flamenco, actrices vieillissantes et mystérieuses bourgeoises mondaines, tandis qu’elle livre ses réflexions pleines d’esprit et d’humour sur la vie, l’amour, le désir et l’art. Aussi inclassable qu’intemporelle.