Le 21e Festival de la poésie de Montréal se tient en ligne

Silvia Eugenia Castillero
Photo: Paula Islas Silvia Eugenia Castillero

Forcé d’annuler ses activités traditionnelles, le 21e Festival de la poésie de Montréal se tient à partir de mardi exclusivement en ligne.

L’équipe a en effet adapté la programmation à la pandémie en produisant notamment des vidéos de lectures de poèmes, des balados, des conférences et même une table ronde numérique, qui sera diffusée en direct sur la plateforme Zoom.

Ainsi, les femmes poètes d’Amérique latine qui devaient participer à l’édition 2020 ont, chacune de leur côté, enregistré un poème de chez elles, au Mexique ou en Colombie.

Mardi, c’est à Claudia Solis-Ogarrio d’ouvrir le bal et de lire une suite de poèmes, à partir du village du Mexique où elle est confinée depuis la mi-mars.

« On a dû s’adapter très vite, dit Isabelle Courteau, directrice générale du Festival de la poésie de Montréal. On a travaillé avec une équipe, un monteur sonore, un musicien et une illustratrice. On a développé un petit concept avec du visuel qui fait écho au texte sous-titré. »

C’est après avoir participé à une rencontre des poètes du monde latin à Mexico qu’Isabelle Courteau a eu l’idée de réunir des autrices d’Amérique latine au Festival de la poésie de Montréal. Malgré les violences faites aux femmes, courantes dans des pays comme le Mexique, où l’on parle de féminicide, elle a découvert une parole féminine forte et affirmée.

D’ailleurs, l’une des capsules que le Festival diffusera tourne autour de la figure de Delmira Agustini, femme de lettres uruguayenne assassinée en 1914 par son ex-mari. « Elle avait annoncé dans un poème que son conjoint allait la tuer », dit Isabelle Courteau. Ce sont les poètes Gloria Macher et Cora Siré qui ont conçu cette vidéo hommage.

Le Festival avait au départ prévu de tenir, en collaboration avec BAnQ, une table ronde sur le thème de la violence faite aux femmes. Finalement, ce sont quatre autrices qui s’entretiendront sur Zoom, avant de répondre aux questions du public. On pourra ainsi entendre Silvia Eugenia Castillero, Sara Cohen, Anne-Marie Desmeules et Louise Dupré. Le tout sera animé par Paloma Martínez.

À défaut de pouvoir présenter des lectures publiques, le Festival a enregistré une série de listes de lecture, où se font entendre les voix des poètes d’ici.

« Cela permet aux gens de bouquiner », dit Isabelle Courteau, et de découvrir des auteurs qu’ils ne connaissaient pas.

À voir en vidéo