Le festival Montréal complètement cirque annulé

L’équipe du festival a envisagé tous les scénarios possibles pour la tenue du festival, mais que le nombre de répétitions requises pour mener à bien les spectacles était trop grand.
Photo: Renald Laurin Archives L’équipe du festival a envisagé tous les scénarios possibles pour la tenue du festival, mais que le nombre de répétitions requises pour mener à bien les spectacles était trop grand.

Le festival Montréal complètement Cirque, qui devait se tenir du 2 au juillet, est annulé en raison des mesures de confinement prises pour éviter la propagation de la COVID-19. Stéphane Lavoie, directeur général de la TOHU a dit mardi que l’équipe du festival a envisagé tous les scénarios possibles pour la tenue du festival, mais que le nombre de répétitions requises pour mener à bien les spectacles était trop grand pour être réalisé.

« Tous les scénarios ont été envisagés pour un report de l’événement à l’automne, a-t-il dit. Toutefois, des centaines d’heures de répétitions sont nécessaires pour que les artistes puissent offrir des performances surprenantes, ce qui est impossible actuellement ». Aussi, la congestion provoquée par le report d’une grande quantité de spectacles compromet la disponibilité des salles.

Le directeur général de la TOHU n’exclut pas toutefois la tenue d’un éventuel week-end de festival complètement cirque cet automne, si les conditions le permettent.

La TOHU s’est également engagée, avec la direction du festival « à soutenir l’industrie du cirque dans ces moments difficiles ». La crise est particulièrement difficile pour les artistes de cirque, comme pour les athlètes et pour les danseurs, puisque ces derniers doivent se soumettre à un entraînement quotidien pour maintenir leur performance.

En entrevue, Stéphane Lavoie indique que la TOHU privilégiera d’abord et avant tout la présentation de spectacles québécois au cours de l’année qui vient. « On veut garder l’argent et la disponibilité des salles pour les créations québécoises », a dit M. Lavoie. Mais cela n’empêchera pas l’industrie du cirque d’être très durement atteinte par la crise, puisque 90 % des revenus des compagnies proviennent de tournées à l’étranger.

Le festival devait s’accompagner du « marché international du cirque québécois », qui devait réunir quelque 300 participants, du 6 au 9 juillet. C’est une occasion pour l’industrie du cirque de sensibiliser les diffuseurs à la créativité circassienne. La TOHU et le festival Montréal complètement cirque permettront aux artistes d’y présenter leurs projets sur une plateforme en ligne créée pour l’occasion.