Les flâneurs

Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Image: Le Devoir Des reporters boulimiques de culture partagent leur coup de cœur de la semaine.
Caroline Montpetit

Le chant du monde
Je n’ai pas vu SLĀV, mais j’ai acheté le disque Lomax, de Betty Bonifassi, parce que la musique doit circuler pour ne pas mourir et que le blues en est un fondement. Toute blanche soit-elle, la chanteuse y interprète un blues sensible et électrifiant à partir des chants d’esclaves récoltés par la famille Lomax au début du XXe siècle. « Cet album est un hommage à la force de résilience, la dignité et la beauté des esclaves africains, déportés en Amérique à des fins de main-d’œuvre », écrit-elle. À écouter en attendant que SLĀV revienne un jour avec une distribution mieux équilibrée, réconciliante et réconciliée.


Louise-Maude Rioux Soucy

Essentielle Hannah Gadsby
Quelle voix que celle de Hannah Gadsby, qui, avec son Nanette, mitraille là où d’autres ont battu en retraite dans la foulée des déchirements liés au mouvement #MoiAussi et autres batailles genrées. Ce bijou d’écriture, porté par une monologuiste au sommet de son art, Netflix l’offre sur un plateau. On y rit, bien sûr ; Gadsby sait y faire, elle qui a bâti sa carrière sur un humour « autodépréciatif » alimenté par son homosexualité. Mais surtout, grâce à sa finesse, on y réfléchit. L’écran ne vous dit rien ? Courez à l’Olympia, le 27 juillet. L’Australienne reprendra son Nanette une dernière fois à l’invitation de Just for Laughs.


Catherine Lalonde

Astéroïde B 612
Parler d’un spectacle qu’on n’a pas vu ? Oui, si on s’en est fait rebattre les oreilles par le spectateur cible, 5 ans, au retour d’une sortie de garderie. Ce mini-habitué des spectacles fut fasciné par l'adaptation du Petit Prince de Saint-Exupéry jouée dans les parcs de Montréal par le Théâtre La Roulotte. La pièce a suscité des questions poétiques pièges : « Qu’est-ce qu’on ferait, nous, si le jour durait une heure et que c’était toujours jour/nuit/jour/nuit ? » « C’est quoi la différence entre une étoile et notre planète ? » « Dans le livre, c’est pareil ? » Constat final du critique de trois pommes : « J’ai vraiment ADORÉ. »


Valérie Duhaime

Mystère sur le glacier
En 1970, une femme est retrouvée morte dans un sentier aux abords de la petite ville norvégienne de Bergen. Elle n’a pas de papiers d’identité sur elle, aucun signe distinctif ne permet de l’identifier ; même ses vêtements n’ont pas d’étiquettes. Plus de 47 ans plus tard, le balado Death in Ice Valley, produit par BBC World Service, repart sur la trace de celle qui passera à l’histoire comme la « Femme d’Isdal ». Avec les méthodes d’enquête modernes, l’auditeur avance dans les méandres de l’Europe de la guerre froide, un indice poussiéreux à la fois.