La culture dans les règles de l'art d'ici

Les œuvres les plus anciennes remontent à la fin des années 1950. Et on a fait une belle place aux artistes des années 1960 et 1970, mais l’art d’aujourd’hui est bien présent.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Les œuvres les plus anciennes remontent à la fin des années 1950. Et on a fait une belle place aux artistes des années 1960 et 1970, mais l’art d’aujourd’hui est bien présent.

L’Écomusée du fier monde, pour une nouvelle fois, ouvre grand (et gratuitement) ses portes à l’occasion de son exposition annuelle, Variations sur l’art d’ici. Cette déambulation éclatée à travers les modernismes locaux sert une double cause : assurer la continuation des activités du musée citoyen et faire découvrir des oeuvres de haut calibre à tous.

Pénétrer dans l’Écomusée du fier monde est une expérience changeante. La lumière vient lécher les hauts plafonds du bain Généreux qui héberge ce musée phare du centre-sud de Montréal, donnant une impression de plénitude encore plus grande. C’est dans cette chapelle d’un blanc brillant que René Binette, directeur du musée, accueille Le Devoir, au moment des derniers préparatifs de l’exposition Variations sur l’art d’ici.

« C’est un panorama composé des oeuvres de 66 artistes d’ici », résume le directeur. En déambulant autour de l’ancien bain public, on est tour à tour attiré par des oeuvres de grands maîtres à nous : Marcelle Ferron, René Derouin, Alfred Pellan, Jean-Paul Jérôme, Janine Leroux Guillaume (récemment décédée) et Jean-Paul Riopelle.

Ces figures connues côtoient sur les mêmes murs des artistes moins établis, plus contemporains, ou encore des incontournables du quartier d’aujourd’hui.

Les oeuvres les plus anciennes remontent à la fin des années 1950. On a fait une belle place aux artistes des années 1960 et 1970, mais l’art d’aujourd’hui est bien présent. On est ainsi charmés par ce tout petit timbre-poste signé Marc Séguin, mais aussi par la pièce expressionniste de l’artiste Nadia Nadège, moins célèbre. Si la figuration et la forme humaine ont leur place, l’abstraction est presque omniprésente, déclinant formes, couleurs et techniques d’une variété impressionnante sur les parois immaculées du musée de la rue Amherst.

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir L'exposition est un panorama composé des œuvres de 66 artistes locaux, résume le directeur de l’Écomusée du fier monde, René Binette.

Tout cela peut paraître déstabilisant pour les puristes de l’histoire de l’art et les adeptes de classement chronologique. Mais René Binette précise que le but n’en est pas un de classification. « Ce sont des choses relativement récentes, dressant un portrait global des pièces. On n’est pas allés dans le XIXe siècle ni dans la période de l’avant-guerre. Il y a certainement une direction commune : on n’est pas dans la figuration classique. On observe aussi un certain nombre de représentants des mouvements depuis les années 1960-1970 au Québec. Mais, sans être une rétrospective, c’est, disons, une sorte de panorama d’un certain nombre de choses qui se sont faites chez nous depuis un demi-siècle. »

Pour eux, pour tous

Car, si l’Écomusée du fier monde est reconnu pour sa rigueur historique, cette exposition n’est pas comme les autres. Les oeuvres seront vendues lors de l’encan annuel de financement, le 8 mai. « Dans le secteur des musées, dit M. Binette, tout le monde tire le diable par la queue. La soirée de l’encan est importante pour nous. Ça nous a semblé pertinent d’arrimer cette opération à une activité ouverte à tous. »

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir L'exposition «Variations sur l'art d'ici» permet au public de découvrir gratuitement des oeuvres connues ou émergentes.

Presque chaque établissement muséal est désormais contraint de s’autofinancer d’une façon ou d’une autre — un bal, une soirée mondaine…

Mais ce modèle, on s’en doute, est très peu dans le style de l’Écomusée. « Nous pourrions faire, comme il y a quelques années, notre encan-bénéfice un seul soir et mettre les oeuvres aux enchères, mais c’était important pour nous d’inviter les organismes du quartier. On juge que ce qu’on a à vendre est assez intéressant pour le montrer à nos voisins, notre réseau. On le sait, le Centre-Sud est un quartier où il y a des indices de défavorisation importants. »

Bénéfices partagés

D’ailleurs, lors de l’encan, les bénéfices de la vente de deux des oeuvres les plus prisées seront partagés avec deux organismes communautaires du secteur : Mères avec pouvoir Montréal et l’Auberge du coeur Le Tournant.

« Selon les années, on change d’organismes, mais on juge que ça aussi, ça fait partie de notre mission. C’est une occasion de se rappeler qu’on n’est pas là pour rien. On essaie de faire le lien entre ce qu’on est et le milieu dans lequel on se trouve. »

Pour Variations sur l’art d’ici, le musée n’exigera pas de prix d’entrée. « Le plus important, pour moi, c’était de dire aux gens du quartier et à l’ensemble des Montréalais : il y a une exposition intéressante, il y a des oeuvres connues et émergentes, et c’est gratuit pendant deux semaines. Donc, on est dans une opération de démocratisation de la culture. »

M. Binette croit que le bâtiment qui abrite l’organisme culturel qu’il dirige vaut à lui seul une visite. « On l’a dit dès l’arrivée : quel endroit magnifique ! Il faut venir découvrir ! »