La récession a frappé fort sur les arts

Les dépenses des ménages ont ainsi baissé de 15,1 % depuis 2014, l’argent continuant d’être redirigé de la culture vers les dépenses de communication.
Photo: Mario Lisovski / Getty Images Les dépenses des ménages ont ainsi baissé de 15,1 % depuis 2014, l’argent continuant d’être redirigé de la culture vers les dépenses de communication.

L’Université de Waterloo a dévoilé ses calculs 2016 de l’Indice canadien du mieux-être, ce portrait d’une qualité de vie tracé d’un autre point de vue que celui de la pure croissance économique. Des huit secteurs considérés — l’environnement, l’engagement démocratique, l’éducation, les standards de vie, la vitalité des communautés, l’utilisation du temps et la santé, loisirs et culture —, celui des loisirs et de la culture a connu la baisse la plus marquée (9 %) depuis 1994.

C’est en croisant différentes statistiques et divers sondages de 1994 à 2014 que l’Indice canadien du mieux-être arrive à ses conclusions. Le domaine des arts et de la culture a vraiment été frappé par la récession de 2008, constate-t-on à leur lecture. La fréquentation des spectacles, la participation aux arts et les dépenses consacrées à ce secteur ont toutes été touchées. Si les dépenses faites pour les loisirs et la culture se sont maintenues autour de 5 à 6 % de 1997 à 2008, la chute a ensuite été continue, jusqu’à descendre à 4,8 % en 2014, un plancher qui n’avait pas été touché depuis 21 ans.

« Ce déclin d’un point de pourcentage peut sembler insignifiant, lit-on dans le communiqué, il n’en représente pas moins une différence de 6000 $ dans les dépenses des ménages », soit l’équivalent de nombreux disques, livres et billets de spectacles ou de cinéma.

Le temps, nerf de la guerre

 

Les dépenses des ménages ont ainsi baissé de 15,1 % depuis 2014, l’argent continuant d’être redirigé de la culture vers les dépenses de communication (l’accès à Internet, aux services mobiles et en ligne), en hausse constante depuis 2010.

Mais un léger retour vers le spectacle, encore faible mais notable, se remarque. Si de 2006 à 2012 la fréquentation a chuté de 22,9 %, elle semble vouloir se rétablir légèrement depuis 2014 — restant toutefois encore en dessous du pic connu en 2006.

Par ailleurs, le bénévolat pour les organismes artistiques et culturels se porte assez bien, cumulant 107 millions d’heures en 2013, selon un rapport de Hill Stratégies.

Les Canadiens consacrent désormais à peine 4 % de leur temps aux arts et à la culture. Certaines données laissent entendre que l’étendue de la participation est en hausse dans la population, mais la régularité, en baisse.

À voir en vidéo