Charlie sera publié à 3 millions d’exemplaires et en 16 langues

Le bouclage de l’édition de l’après-attentat de Charlie Hebdo s’est joué lundi en début de soirée dans les bureaux de Libération, qui a recueilli la rédaction au lendemain du drame.
Photo: Charlie Hebdo par Libération Le bouclage de l’édition de l’après-attentat de Charlie Hebdo s’est joué lundi en début de soirée dans les bureaux de Libération, qui a recueilli la rédaction au lendemain du drame.

Finalement, ce ne sera pas à 1 million, mais plutôt à 3 millions d’exemplaires que le prochain numéro du journal satirique Charlie Hebdo sera tiré pour revenir en force mercredi, une semaine jour pour jour après l’attentat au bureau de la publication qui a soustrait salement du monde du 9e art 12 personnes, dont les plumes de Charb, Cabu, Tignous, Wolinski et Honoré. Les survivants ont également annoncé lundi que ce tirage, à la hauteur de la mobilisation des derniers jours un peu partout dans le monde, serait traduit, de manière exceptionnelle, en 16 langues.

Le bouclage de l’édition de l’après-attentat s’est joué lundi en début de soirée dans les bureaux de Libération qui a recueilli la rédaction de Charlie Hebdo au lendemain du drame. L’équipe des survivants a annoncé que la mémoire des disparus serait honorée par la publication de textes et dessins inédits de Charb, Cabu, Wolinski et les autres, mais également par le respect de l’esprit de la publication qui, face à l’intimidation, ne veut certainement pas se mettre à genou. « Évidemment. On ne cédera rien, sinon tout ça n’aura pas eu de sens », a indiqué Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo. « L’état d’esprit “Je suis Charlie”, cela veut dire aussi le “droit au blasphème” ».

Ce numéro des survivants compte d’ailleurs poursuivre sa quête du rire de tout, sans concession, y compris du symbole qu’est devenu Charlie Hebdo dans la foulée de l’attaque contre sa rédaction. « L’humour sans autodérision, ce n’est pas de l’humour. Nous nous moquons de nous, des politiques, des religions, c’est un état d’esprit à avoir », a dit l’avocat. « Comme tous les numéros », a pour sa part assuré Patrick Pelloux, collaborateur régulier, des caricatures de Mahomet doivent également se retrouver au sommaire de cette édition très attendue qui pourrait rester en kiosque durant 15 jours, au lieu des sept habituels, à moins que cette édition de masse ne s’envole dans les premières heures, a souligné la rédaction.

Ce numéro, le 1178, va compter huit pages, au lieu de 16, mais il a été malgré tout qualifié de « normal » par son rédacteur en chef Gérard Biard. « Il y aura tout le monde, même ceux qui ne sont plus là », a confirmé Richard Malka en évoquant le contenu de ce prochain numéro.

8 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 13 janvier 2015 10 h 23

    Relance ?

    On dit que Charlie Hebdo allait à la faillite, est-ce que les islamistes lui redonnent vie ?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 janvier 2015 12 h 25

      De 60 milles copies à 4 million, faut croire que y a quelqu'un qui a manqué son coup.

      PL

  • Hélène Gervais - Abonnée 13 janvier 2015 19 h 03

    Au Québec ...

    Où l'achète-t-on notre Charlie?

  • Travis Bickle - Inscrit 13 janvier 2015 20 h 05

    c'est de l'inconscience

    Les terroristes djihadistes que les forces de l'ordre françaises ont mis hors circuit étaient des monstres, et absolument rien ne peut moindrement ni jamais justifier en aucune manière l'horrible carnage qu'ils ont commis.

    Cela étant clairement dit,

    Cette nouvelle caricature de Charli-Hebdo, conjuguée au comportement exhibé et aux propos exprimés de son personnel survivant depuis le massacre, ne peut être décrite qu'avec un seul mot : inconscience.

    À voir tout cela, on se dit que 12 personnes (sans parler encore des otages et policiers subséquemment tués) n'ont pas perdu la vie au nom de la liberté d'expression, mais plutôt au nom du droit suprême à la gaminerie.

  • Line Gingras - Abonnée 13 janvier 2015 23 h 09

    Je dois être inconsciente

    Oui, je dois être inconsciente..., parce que cette caricature de Luz, je la trouve parfaitement inoffensive. Elle me fait penser, par ailleurs, à celle que Garnotte a publiée il y a quelques jours.

    Je plains les pauvres âmes sensibles que cela semble choquer (vraiment? comment peuvent-elles supporter la vie?), et j'espère bien ne jamais me retrouver dans leur paradis : une éternité sans le moindre petit sourire, c'est trop long.

    • Travis Bickle - Inscrit 14 janvier 2015 23 h 47

      Madame Gingras, c'est inoffensif pour vous et pour moi, certes, tant mieux; mais cela choque, bafoue et offense 1,5+ milliards d'autres êtres humains dans le monde, les musulmans. pour eux, la seule représentation de Mahomet est en soi inadmissible. par ailleurs, l'inconscience est celle de ceux qui continuent de diffuser de tels dessins, et non pas celle de ceux qui les regardent. car la diffusion de ces dessins a fait 17 morts, a mis la France sens dessus dessous, et a gravement exacerbé le "conflit de civilisations" mondial. sur fond de guerres continuelles, de bombardements des pays arabes par l'Occident. cela en vaut-il la peine ? pour prouver quoi, exactement ? le personnel de ce journal a le droit d'être suicidaire, mais ce qu'ils font met en péril la vie d'autres gens, à travers le monde... c'est ça, le problème.

  • Travis Bickle - Inscrit 14 janvier 2015 23 h 45

    non, mais hélas, vous ne comprenez pas

    Madame Gingras, c'est inoffensif pour vous et pour moi, certes, tant mieux; mais cela choque, bafoue et offense 1,5 milliards d'autres êtres humains dans le monde, les musulmans. pour eux, la seule représentation de Mahomet est en soi inadmissible. par ailleurs, l'inconscience est celle de ceux qui continuent de diffuser de tels dessins, et non pas celle de ceux qui les regardent. car la diffusion de ces dessins a fait 17 morts, a mis la France sens dessus dessous, et a gravement exacerbé le "conflit de civilisations" mondial. sur fond de guerres continuelles, de bombardements des pays arabes par l'Occident. cela en vaut-il la peine ? pour prouver quoi, exactement ? le personnel de ce journal a le droit d'être suicidaire, mais ce qu'ils font met en péril la vie d'autres gens, à travers le monde... c'est ça, le problème.

    • Line Gingras - Abonnée 15 janvier 2015 18 h 41

      Faut-il renoncer à la liberté d'expression, ou même au «droit suprême à la gaminerie», pour apaiser les terroristes? Faut-il demander aux victimes des violents de s'aplatir devant eux?

      En avons-nous le droit? Et notre soumission, la soumission des artisans de «Charlie Hebdo» ou de toute la presse occidentale guérirait-elle les assassins de leur folie meurtrière?

      Une caricature n'est pas plus offensante qu'une autre parce qu'elle a servi de prétexte à la violence – ou parce qu'on menace de l'utiliser à cette fin. Les dictateurs, les chefs de guerre, les affamés de pouvoir, certains voyous en mal de gloire rapide trouveront toujours de nouvelles «raisons» de s'en prendre à des innocents.