Le Musée du costume et du textile s’ancre à Montréal

L’exposition inaugurale, Tapis rouge : la mode au musée, s’ouvrira le 19 avril au Marché Bonsecours en mélangeant pièces québécoises et créateurs iconiques, dont Christian Dior.
Photo: Alexis K. Laflamme L’exposition inaugurale, Tapis rouge : la mode au musée, s’ouvrira le 19 avril au Marché Bonsecours en mélangeant pièces québécoises et créateurs iconiques, dont Christian Dior.

En quête d’un nouveau lieu depuis quelques années, le Musée du costume et du textile du Québec (MCTQ) emménage au marché Bonsecours. Son exposition inaugurale, Tapis rouge : la mode au musée, s’ouvre le 19 avril et durera jusqu’au 6 octobre.

« C’est principalement du vêtement féminin. Il y aura les pièces phares de notre collection avec de grands noms [Christian Dior, Thierry Mugler, Jean Patou, Schiaparelli, Arnorld Scaasi], indique Suzanne Chabot, directrice générale de l’institution, qui continuera d’entreposer ses collections dans la maison Marsil de Saint-Lambert, où elle logeait jusqu’ici. Mais on a aussi invité des designers contemporains qui oeuvrent à Montréal à nous prêter un vêtement un peu culte pour eux, dont ils sont fiers. »


On y retrouvera donc aussi des pièces de Tavan Mitto, Marie Saint Pierre, Joseph Helmer, Valérie Dumaine, la griffe Muse de Christian Chenail, et Jocelyn Picard - alias LYN. Ce dernier a une approche qui reflète bien l’esprit du musée, pour lequel il est d’ailleurs en train de créer une pièce.


« C’est un jeune qui remet énormément en question le vêtement et l’amène vers l’art visuel, dit Mme Chabot. Il travaille le tricot avec des matériaux non nobles comme la corde. »


La directrice entend faire résonner ces deux pôles - collections et conception actuelle - de la planète mode dans les expositions à venir, qui mettront aussi en valeur la dimension des sens et des émotions rattachée au textile. « Il y a une émotion qui vient avec le vêtement, parce qu’on l’associe souvent au souvenir du moment où on l’a porté, dit-elle. Et en même temps, c’est un objet d’art. »


Le MCTQ, né Musée Marsil en 1979, compte plus de 7000 objets dans ses collections qui font référence à la fois à l’histoire du vêtement, de la mode et du textile comme autant de formes d’expression artistique.


Deux expositions sont au programme de la première saison du musée nouvellement installé rue de la Commune. « Il y a tout le côté touristique qui est nouveau pour nous et qu’il faut apprivoiser. » Le nombre d’expositions annuelles pourrait augmenter par la suite. L’institution veut aussi développer tout le créneau de la médiation et sensibilisation culturelle.