Une programmation partie de plaisir au Festival de Tadoussac

De Montréal, on compte 465 kilomètres de bitume à parcourir. De Québec, on en fera 261. Et la belle aventure sur la Côte-Nord débute au moment de grimper la grande pente de la 138, à la sortie de Beaupré. Direction : Tadoussac. Cette année, habitués et néophytes du Festival de la chanson tailleront autant que possible la route au matin du 14 juin, pour n’en revenir que le 17 au soir. À moins de s’attarder aux flancs du fjord du Saguenay. Et la tentation est habituellement forte.

L’incontournable rendez-vous musical sur les rives du majestueux Saint-Laurent en est cette année à sa 29e édition et poursuit résolument sur la voie de l’amalgame de valeurs sûres et de découvertes. Si ce dernier aspect peut en dérouter certains, il n’en réserve pas moins son lot de belles surprises, et ce, édition après édition. La formule a fait ses preuves. Après tout, le public de fidèles en redemande, même si le festival tombe maintenant en même temps que les Francofolies montréalaises.


Exigeants, les festivaliers friands d’air salin ? Certainement. Les organisateurs ont d’ailleurs ajouté la belle formule du « spectacle événement » à leur programmation. L’an dernier, on a eu droit aux Douze Hommes rapaillés dans l’église, une salle d’à peine 500 places. La magie a opéré. Cette année, on a convaincu la Française Anne Sylvestre et son bagage musical long comme ça. Elle ne sera d’ailleurs pas seule sur scène. « Moi qui suis en visite, je me suis permis d’inviter à mon tour. La belle Jorane, la lumineuse Paule-Andrée Cassidy viendront partager avec moi quelques chansons, et aussi les Charbonniers de l’Enfer, leur gravité chaleureuse, et Matthieu Lippé, la jeunesse et l’ardeur. Une belle fête ! », souligne Mme Sylvestre dans le mot de présentation de son spectacle.


D’autres valeurs sûres fouleront les planches de l’incontournable scène de l’église, sise en plein coeur du village de Tadoussac. On aura ainsi droit à la présence fort à propos de Zachary Richard, mais aussi à celle de Vincent Vallières et des Charbonniers de l’enfer. Il semble bien qu’à quelques mètres de la baie et des cétacés, on n’aura qu’à savourer le temps qui passe trop vite.


À peine découverte et déjà connue de tous, Lisa Leblanc sera aussi de la partie de plaisir. Celle qui est en nomination pour le prix Félix-Leclerc de la chanson 2012 fera pas moins de trois tours de chant en autant de jours. Vendredi et samedi, elle accompagnera les fins d’après-midi. Une bonne raison de se rendre au sous-sol de l’église. Quoiqu’au bord de la belle baie de Tadou, par beau temps, on rêverait d’un spectacle sur la plage. Mais qui peut prévoir le temps qu’il fera. Peu importe, il fera probablement beau avec Lisa Leblanc. Le sous-sol sera aussi animé en début de nuit par Ariane Moffatt le vendredi et Radio Radio le samedi.


Deux autres finalistes pour le prix Félix-Leclerc de la chanson, soit David Giguère et Salomé Leclerc, feront aussi le voyage jusqu’à Tadou. Cette dernière se produira deux fois dans l’ambiance intimiste d’une salle située au coeur de l’imposant hôtel Tadoussac. La tradition des folles soirées du secteur de l’Auberge se poursuit, elle aussi, avec tout ce qu’il y a de plus funky, dansant et groovy pour prolonger le plaisir jusqu’à ce que le bleu du ciel réapparaisse au petit matin. On recommande chaudement Québec Redneck Bluegrass Project.


Côté nouveauté, on a décidé d’ajouter des prestations impromptues dans des lieux qui seront dévoilés au dernier instant, par les réseaux sociaux. Tadoussac serait-elle devenue wireless ? Dites-moi que non.


On en oublie, bien sûr, dans la liste d’une trentaine de noms dévoilée hier. Bref, il faudra bien tracer les kilomètres, mais on y perdra la notion du temps, bercés par le plus beau panorama qui soit. Le bulletin Baleines en direct annonçait la semaine dernière que les habitués du secteur commencent à pointer leur nageoire dorsale. Ils y seront tous à la mi-juin. Si le soleil y met du sien, on n’en reviendra peut-être pas.