Coup de pouce aux artistes immigrants

«J'avais perdu contact avec mon milieu de production», raconte le réalisateur d'origine camerounaise Stéphane Piazo, et dém'Art Montréal lui a permis de renouer avec son métier à la Coop vidéo de Montréal.

Il fait partie des six stagiaires qui s'activent depuis le mois d'août, pour 26 semaines, dans autant d'organismes culturels montréalais. Démarche conjointe du Conseil des arts de Montréal (CAM) et de Diversité artistique Montréal, dém'ART Montréal était officiellement lancé hier. L'initiative tombe à point, à l'heure où la province fait piètre figure en matière d'intégration professionnelle de ses immigrants. Une étude toute fraîche de CIRANO fait état de taux de chômage, chez les immigrants détenant un diplôme, plus élevé au Québec qu'en Ontario et en Colombie-Britannique.

«Ils nous apportent des outils créatifs nouveaux et différents», rapporte Jonathan Rondeau du Centre Segal des arts de la scène, à propos de la participation de ces artistes venus d'ailleurs.

Le projet pilote entend mettre à contribution le talent des artistes immigrants et accélérer leur intégration au milieu culturel d'ici. Il s'inspire d'un programme similaire, «Première expérience de travail», consacré à la relève, dont le taux de rétention s'élève à 90 %.

Il constitue aussi l'aboutissement de la Politique de promotion et de développement de la diversité culturelle dans les arts 2006-2010 du CAM. Parmi les fruits de cette politique, le CAM a grossi les rangs de ses membres issus des communautés culturelles et compte maintenant dans ses effectifs une chargée de projets qui joue l'entremetteuse entre les artistes fraîchement immigrés et la scène culturelle montréalaise.

Dém'ART Montréal profite du programme Défi Montréal du ministère de l'Immigration et des Communautés, qui vise une meilleure intégration professionnelle des nouveaux arrivants.