Tadoussac - Tout en chansons

Thierry Haroun Collaboration spéciale
Le groupe Karkwa<br />
Photo: Jimmi Francoeur Le groupe Karkwa

Ce texte fait partie du cahier spécial Festivals été 2011

La 28e mouture du Festival de la chanson de Tadoussac, qui se tiendra du 9 au 12 juin, présente une série de spectacles et une panoplie d'artistes qui feront vibrer la corde musicale de tout un chacun. Au menu, il y a de la chanson francophone et encore de la chanson francophone.

«Oui, c'est toujours important de le rappeler, la chanson francophone est toujours mise de l'avant au Festival de la chanson de Tadoussac. Quand il y a de la musique anglophone, c'est vraiment exceptionnel», souligne la porte-parole, Thérèse Fournier. Ce festival se déploiera cette année sur 11 sites, avec 36 spectacles et 75 prestations que vont offrir 134 artistes.

Parmi les artistes et les groupes qui feront le voyage à Tadoussac, on note Les Cowboys Fringants, Dany Placard, Tire le Coyote, Bette et Wallet (à la marina), Gaële, Les Surveillantes, Agnès Bihl, Damien Robitaille, Manu Militari, Élage Diouf, Karkwa, Tracteur Jack (à découvrir), Henri Godon (jeune public) et Panache.

Qui d'autre? Paul Piché? «Ben oui, Paul!, se rappelle Thérèse Fournier. Il présentera son nouveau disque et ses meilleures chansons. Ça fait longtemps que les gens l'ont vu. Et, du côté de la billetterie, la réponse est bonne.» Et puis, Chloé Sainte-Marie: «Elle va présenter son spectacle en innu. C'est un spectacle intime qui nous transporte dans un autre univers, celui des autochtones. Il y aura aussi Jérôme Minière qui présentera son nouveau disque, qu'on commence à entendre à la radio. On va aussi avoir Jimmy Hunt. Cette jeune vedette montante au nom anglophone fait de la chanson francophone.»

Autres lieux


On soulignera également quelques nouveautés. L'église du village devient la plaque tournante de cette manifestation culturelle. À l'étage, il y aura 524 places disposées en gradins (y joueront Paul Piché et Chloé Sainte-Marie), et au sous-sol, une autre scène prend place. Celle-ci peut accueillir plus de 300 festivaliers. Deuxièmement, le festival a choisi de mettre sur pied un camping temporaire réservé aux festivaliers. Il sera situé à deux kilomètres du village, vers les dunes de sable, et «on y trouvera les services de base, comme les toilettes et l'eau. L'idée, c'est d'éviter que les gens campent un peu partout», note Mme Fournier.

Si ce festival grandit d'année en année, l'esprit de fête y règne toujours, note Thérèse Fournier. «Ici, les gens fêtent. On n'a pas perdu l'esprit de convivialité, même si les grands noms de la chanson débarquent. Et puis, on offre le côté plein air; les gens peuvent aller sur la plage, se promener dans le village, faire un tour aux baleines et se réfugier ensuite à l'intérieur pour voir les spectacles.»

***

Collaborateur du Devoir