Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Le ridicule ne tue pas…

    On en vit, disait l’écrivain français Henri Jeanson. Après la semonce à un restaurant italien de Montréal pour avoir écrit « pasta » sur son menu, voici l’amende de 682 $ au Théâtre du Trident de Québec pour une cigarette fumée sur scène. Le zèle de certains agents à appliquer la loi coûte que coûte, peu importe le contexte ou le gros bon sens, atteint parfois des sommets. J’ai déjà été arrêtée à Edmonton pour avoir traversé la rue sur un feu rouge à 2 h du matin, en plein hiver, alors qu’il n’y avait pas l’ombre d’une auto ni d’ailleurs d’une autre personne que moi dans la rue. Edmonton étant ce qu’il est. M’étant plainte que Montréal était quand même un peu plus compatissante envers la piétonne frigorifiée, on m’a achevée en me disant : « À Rome, fais comme les Romains. »

     

    Mais il n’y a pas que les fonctionnaires acharnés qui beurrent épais. Il y a 10 jours, les députés de l’Assemblée nationale se sont levés un à un pour condamner l’utilisation du mot « hi » au centre-ville de Montréal. Il ne s’agit pourtant pas d’un juron, d’une injure raciste ou d’un faux pas xénophobe. Il s’agit au contraire de la façon la plus courante de saluer les gens, en anglais, en Amérique. Pour ce qui est de cet autre mot anglais qu’on entend bien davantage, un qui est de toutes les sauces, sur toutes les scènes et dans toutes les bouches, l’ineffable fuck, il circule toujours librement. Il n’y aurait pas de menace à la langue française, semble-t-il, dans ce cas-là.

     

    Sans minimiser la question de la vulnérabilité du français en terre d’Amérique, sans minimiser non plus la mentalité de colonisé d’un certain gérant d’Adidas de Montréal, que croyaient accomplir nos élus, au juste, à jouer les boeufs musqués ? Cet animal très particulier attaque en sautant droit dans les airs pour ensuite s’abattre de tout son poids, multiplié ainsi par trois, sur son adversaire. Si on calcule un poids moyen de 80 kg par député, multiplié par 125, ça donne déjà 10 tonnes de chair humaine qui s’est pesamment abattue, le 30 novembre dernier, sur une chiure de mouche.

     

    Bien qu’il soit toujours rafraîchissant, édifiant même, de voir nos politiciens faire fi de la partisanerie et se serrer les coudes, quand allons-nous les voir se mobiliser pour exiger un meilleur apprentissage du français de nos enfants tout comme des immigrants, exiger plus de sorties culturelles, plus d’argent pour les livres, le théâtre et le cinéma ? Quand se lèveront-ils d’un seul bond pour obliger les géants de l’informatique à payer leur juste part ? Quand empêcherons-nous Netflix, Google, Amazon et Apple de cannibaliser les créateurs de contenu, de s’enrichir aux dépens des artistes, des musiciens, des scénaristes et des écrivains ? Voilà une cause qui mériterait une large mobilisation, une qui risque de peser bien plus lourd sur notre avenir collectif.

     

    Mais interdire l’utilisation d’un petit mot, restreint à un seul quartier du Québec ? Come on. Même avant d’apprendre que tout ça relevait d’une autre machination de la part de celui qui en détient le secret, Jean-François Lisée (la motion péquiste obligeait ainsi les libéraux à désavouer une partie importante de leur électorat, les anglophones), il y avait de quoi s’interroger sur le jugement de notre classe politique. Le mot « hi » ne menace pas l’avenir du français, d’abord, pas plus que le nombre croissant de travailleurs francophones bilingues. Vu la situation géographique du Québec, vu la mondialisation et la numérisation du monde du travail, il serait impossible de bouder l’anglais aujourd’hui sans se couper du monde extérieur. Et qui souhaiterait un tel repli ?

     

    Le problème n’est donc pas l’anglais qu’on se met dans la bouche, mais l’amour qu’on porte au français, la prédominance qu’on est prêt individuellement et collectivement à lui donner, ou pas. Le français doit demeurer un objet d’immense fierté pour ceux et celles dont c’est la langue maternelle (n’en déplaise aux colonisés de ce monde) et un objet de grand intérêt pour tous les autres. Il est là, le nerf de la guerre. Et, à ce sujet, les nouvelles sont plutôt bonnes. Selon les dernières statistiques, les anglophones et allophones parlent davantage français au Québec et la proportion de travailleurs utilisant le français, malgré un taux de bilinguisme accru à Montréal, est demeurée stable depuis 10 ans (94,4 %).

     

    Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’inquiéter de l’avenir du français. C’est inévitable et nécessaire. Mais y en a marre des petits jeux politiques qui mettent l’accent là où ça rapporte plutôt que là où le bât blesse.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.